Donald Trump affole le compteur du "Washington Post" avec 4 229 contre-vérités, affirmations trompeuses ou exagérations en 558 jours de présidence

Depuis la prise de fonction du président américain, le "Washington Post" comptabilise les contre-vérités, affirmations trompeuses ou exagérations de Donald Trump qui atteint des records en économie et sur l'immigration.

Donald Trump, le 31 juillet 2018.
Donald Trump, le 31 juillet 2018. (SAUL LOEB / AFP)

"Même quand vous allez au supermarché, vous avez besoin de montrer une pièce d’identité", a déclaré Donald Trump devant ses supporters, mardi 31 juillet. C’est évidemment faux et c’est une énormité de plus pour le compteur du Washington Post. Tout le paradoxe d’un président américain qui dénonce les fake news à longueur de journée.

Record début juillet avec 79 erreurs en 24 heures

Depuis la prise de fonction du 45e président des États-Unis, le quotidien américain vérifie la véracité des tweets, interviews et déclarations de Donald Trump. Le compteur a atteint des sommets avec 4 229 contre-vérités, affirmations trompeuses ou exagérations en un an et demi de mandat, au 31 juillet. Début juillet, un record a été établi quand Trump a menti, ou s’est trompé, 79 fois en 24 heures.

Par thèmes, l’économie arrive en tête, puis vient l’immigration. En ce moment, c’est l’enquête russe qui affole le compteur. Il y a aussi la politique étrangère avec des contre-vérités sur l’OTAN ou encore la Corée du Nord, sans oublier le changement climatique qui n’existe pas "parce qu’il fait froid en hiver". Enfin, il y a l’obsession de Donald Trump à se comparer à ses prédécesseurs qui a donné lieu à quelques collectors. Dernier en date, dimanche 29 juillet, où il a déclaré avoir de meilleurs sondages qu’Abraham Lincoln. Ce dernier a été président dans les années 1860... quand les sondages n’existaient pas encore.