DIRECT. Retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris : Merkel "plus déterminée que jamais" à agir pour le climat

"Cette décision ne peut et ne va pas arrêter ceux d'entre nous qui estimons avoir le devoir de protéger la planète", a assuré la chancelière allemande. 

La chancelière allemande réagit au lendemain de l\'annonce de Donald Trump de se retirer de l\'accord de Paris sur le climat, le vendredi 2 juin à Berlin (Allemagne). 
La chancelière allemande réagit au lendemain de l'annonce de Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris sur le climat, le vendredi 2 juin à Berlin (Allemagne).  (TOBIAS SCHWARZ / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Nous sommes plus déterminés que jamais en Allemagne, en Europe et dans le monde à rassembler toutes nos forces pour faire face au défi climatique, a asséné, vendredi 2 juin, Angela Merkel au lendemain de la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris. Cette décision ne peut et ne va pas arrêter ceux d'entre nous qui estimons avoir le devoir de protéger la planète", a ajouté la chancelière allemande à Berlin. Suivez sur franceinfo les réactions à ce retrait historique

 La Chine s'engage à appliquer l'accord. "Les parties prenantes doivent chérir ce résultat chèrement gagné", a déclaré vendredi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Hua Chunying. La Russie ne reviendra pas non plus sur sa décision de rejoindre l'accord de Paris pour lutter contre le changement climatique, a assuré vendredi le vice-Premier ministre russe, Arkadi Dvorkovitch.

Emmanuel Macron dénonce "une faute". Pour le président de la République, Emmanuel Macron, Donald Trump a "commis une faute pour l'avenir de notre planète", car "il n'y a pas de planète B". S'adressant en anglais aux Américains, Emmanuel Macron les a appelés à "rendre sa grandeur à notre planète" ("Make our planet great again"), paraphrasant le slogan de campagne de Donald Trump. Invité d'Europe 1 vendredi 2 juin, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a dénoncé "une injure à l'avenir".

"Une grande déception" pour les Nations unies. Le porte-parole du programme des Nations unies pour le développement, Stéphane Dujarric, a évoqué une "grande déception". Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "fait confiance aux villes, aux Etats et aux entreprises aux Etats-Unis pour continuer - avec d'autres pays - (...) à œuvrer en faveur d'une croissance économique durable et à faible émission de carbone qui créera emplois de qualité et marchés et assurera la prospérité au XXIe siècle", a précisé Stéphane Dujarric

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CLIMAT

23h21 : Le ministère des Affaires étrangères n'est pas en reste. Après la publication d'une vidéo de la Maison Blanche expliquant pourquoi l'accord de Paris est un "mauvais deal" pour les Etats-Unis, le Quai d'Orsay publie une version "corrigée" de cette vidéo, à voir ici sur Twitter.

23h14 : Avec son slogan plein d'ironie "Make our planet great again", Emmanuel Macron a provoqué Donald Trump. Ce n'est pas la première fois, comme je vous le montre dans cette vidéo.





(FRANCEINFO)

21h57 : @anonyme : Voici la réponse de l'ex-maire de New York Michael Bloomberg, qui est l'envoyé spécial des Nations unies pour les villes et le changement climatique : aux Etats-Unis, "les niveaux d'émission sont déterminés dans une beaucoup plus grande mesure par les citoyens et les villes que par le gouvernement fédéral". Il assure que les villes, les Etats fédérés, les entreprises et les citoyens américains "satisferont" les engagements des Etats-Unis sur le climat. Reste toutefois la question des financements...

21h56 : On peut m'expliquer comment des Etats ou localités américaines peuvent se prononcer pour appliquer l'accord, alors qu'il s'agit de financements pour les pays touchés et la réduction des gaz à effet de serre de 30 % ? D'ailleurs, il est étonnant de voir des Etats comme la Californie annoncer qu'ils vont s'engager, quand on voit la quantité effroyable d'eau gaspillée, par l'un des Etats les plus critiqués sur cette question. C'était avant l'accord de Paris que la Californie devait se réveiller.

21h51 : "Ce qui aurait pu nous affaiblir va donc nous rendre plus fort."

A l'occasion d'une rencontre à l'Elysée avec la maire de Paris, Anne Hidalgo, et l'ancien maire de New York Michael Bloomberg, le chef de l'Etat se réjouit de la mobilisation internationale après le retrait américain de l'accord de Paris. "Nous sommes plus nombreux, déterminés et unis pour gagner la bataille du climat et nous la gagnerons", affirme-t-il.

20h19 : "Si les uns et les autres, on avait tous ce regard de cosmonaute, ça interpellerait la conscience de quelques-uns."

Invité du "20 heures" de TF1, Nicolas Hulot commente le retour sur Terre de Thomas Pesquet et rappelle que nous ne sommes qu'une "petite tête d'épingle" dans l'Univers.

20h12 : Après l'officialisation du retrait américain de l'accord conclu lors de la COP21 à Paris, les initiatives pro-climat se multiplient aux Etats-Unis. Comme nous le listons ici, des Etats, des maires et des chefs d'entreprise se mobilisent.

20h10 : En annonçant sa décision de sortir les Etats-Unis de l'accord de Paris, Donald Trump a multiplié les contre-vérités. La preuve par 9 dans cet article.



(CHERISS MAY / NURPHOTO / AFP)

20h09 : Après le "Make our planet great again" d'Emmanuel Macron, c'est au tour de Vladimir Poutine de parler climat en anglais. Le président russe a relativisé la portée de la décision de Donald Trump sur le climat en glissant un "Don't worry, be happy" ("Ne vous en faites pas, soyez heureux"). Une allusion au morceau de Bobby McFerrin du même nom ?




(REUTERS)

19h09 : A Amiens, la famille de chocolatiers Trogneux, à laquelle appartient Brigitte Macron (née Trogneux), met en vente des chocolats "Make our planet great again" ("rendre à notre planète sa grandeur"). Une partie de l'argent des ventes sera reversée à une association écologiste.

18h46 : @anonyme : Le message du président français "Make our planet great again" a été partagé dans le monde entier : plus de 20% des retweets viennent des Etats-Unis, près de 10% de France, 5% du Royaume-Uni et 3% du Mexique, selon le cabinet Visibrain.

18h45 : Connaissez-vous la localisation des partages du tweet d'EM ?

18h22 : Avec son tweet "Make our planet great again", hier soir, pastichant le slogan de campagne de Donald Trump, Emmanuel Macron a battu un record. Son message est devenu le tweet d'un Français le plus partagé de l'histoire, avec plus de 168 000 retweets. A votre avis, qui détenait le précédent record ? J'attends vos suggestions !

18h14 : Si vous regardez la rencontre sur France 2, vous remarquerez peut-être que le logo de la chaîne est passé du rouge au vert. "Nous nous engageons autour de la protection de la planète", explique la direction.


15h33 : "Je ne jugerai pas Obama, oh je veux dire Trump, pour la décision qu'il a prise."

Après un joli lapsus, Vladimir Poutine n'a pas souhaité condamner le choix du président américain, qui a décidé de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Le président russe appelle à "un travail en commun" avec le président américain "faute de quoi nous ne parviendrons à aucun accord".

13h39 : Arnold Schwarzenegger, particulièrement engagé sur les questions d'environnement, a interpellé Donald Trump dans une vidéo (en anglais). "Un homme ne peut détruire tous nos efforts", estime-t-il. Davantage d'explications ici.

13h29 : "On ne peut pas arrêter l'action concernant le climat et j'appelle les pays du monde entier à garder le cap, à rester engagés dans les accords de Paris au profit de nous tous."

Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, estime que le changement climatique est "l'une des plus fortes menaces au monde actuellement", en marge du Forum international de Saint-Pétersbourg.

12h23 : Bonjour @moi. En effet, Donald Trump a bien nommé le PDG d'ExxonMobil au secrétariat d'Etat américain. En 2015, Rex Tillerson avait rédigé une lettre aux actionnaires. "ExxonMobil considère le changement climatique comme un risque sérieux", écrivait-il alors (en anglais). Vous pointez du doigt un fait intéressant, puisqu'il montre que l'administration Trump est divisée sur le sujet.



SAUL LOEB / AFP

12h17 : Bonjour, vous indiquez que ExxonMobil a condamné le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris mais son président n'est-il pas Rex Tillerson, secrétaire d'Etat de Trump ?

12h12 : Signé par 195 pays en décembre 2015 lors du sommet de la COP21, l'accord de Paris vise à limiter la hausse de la température moyenne dans le monde, et à la contenir en-dessous de 2°C. Quel est le calendrier de retrait des Etats-Unis ? Est-ce si simple de sortir de cet accord ? Voici ce que l'on sait des modalités concrètes.




PAUL J. RICHARDS / AFP

11h26 : Voici la une du Monde consacrée à la décision du président américain de se retirer de l'accord de Paris. "Trump tourne le dos à la planète", titre le quotidien.


11h25 : "Nous sommes plus déterminés que jamais en Allemagne, en Europe et dans le monde à rassembler toutes nos forces."

Angela Merkel s'est dite "plus déterminée que jamais" à agir pour le climat, après la décision la veille du président américain, Donald Trump, de sortir son pays de l'accord de Paris.

10h56 : "L'impact est grave sur les financements ! L'Amérique va retirer ses financements."

L'ancienne ministre de l'Ecologie réagit sur le plateau de LCI à la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris. "Ce qui est important, c'est d'utiliser ces quatre ans pour aider la mobilisation internationale", a ajouté Ségolène Royal.

10h02 : Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon qualifie de "faute contre l'humanité" la décision de Donald Trump. "La France doit montrer l'exemple du contraire en passant à 100% d'énergies renouvelables", préconise le leader de la France insoumise.

10h01 : En réalité, la Russie a bien signé l'accord de Paris, mais ne l'a pas encore ratifié. Certains craignent un effet boule de neige après la décision américaine. Mais Moscou a assuré qu'elle ne reviendrait pas sur sa décision de rejoindre l'accord.

10h00 : La Chine promet d'appliquer l'accord de Paris "chèrement gagné".

09h07 : Pour justifier le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, Donald Trump a invoqué "les habitants de Pittsburgh", une ville symbole de la désindustrialisation. Le maire n'a pas apprécié, comme le souligne le Huffington Post. Sur Twitter, Bill Peduto a rappelé qu'Hillary Clinton avait "reçu 80% des votes" dans sa ville. "Les Etats-Unis rejoignent la Syrie, le Nicaragua et la Russie en décidant de ne pas participer à l'accord mondial de Paris", a-t-il taclé.

08h44 : Après avoir répondu aux questions de France 2, l'ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius est sur le plateau de "8h30 Apathie" sur franceinfo. "La planète est en alerte rouge et il faudrait non seulement appliquer l'accord de Paris, mais aller plus loin", souligne-t-il. Son interview est à suivre en direct ici.

08h42 : Le Washington Post (lien en anglais) a une interprétation étonnante de la décision de Donald Trump. Selon le quotidien, la ferme poignée de main d'Emmanuel Macron avec le président américain et ce qu'il en a dit dans les médias ("ma poignée de main n'était pas innocente"), est peut-être la goutte d'eau qui a poussé Donald Trump à sortir de l'accord de Paris.

08h15 : "Mieux vaut qu'il [Trump] soit hors de l'accord, plutôt qu'il le tire vers le bas."


Pour certains experts de la diplomatie du climat, le retrait de l'accord de Paris des Etats-Unis vaut mieux que d'avoir un mauvais élève à la table des négociations pour sa mise en oeuvre.

08h10 : "C'est une forme d'injure à l'avenir, juge Nicolas Hulot sur Europe 1. Tourner le dos aux faits n'empêchera pas les faits de nous rattraper", ajoute le ministre de la Transition écologique et solidaire.

(EUROPE 1)

07h54 : "Il faut que l'esprit de Paris l'emporte sur l'esprit d'arrogance", a aussi lancé Laurent Fabius sur France 2.

(FRANCE 2)

08h00 : Invité des "4 Vérités" sur France 2, Laurent Fabius, artisan de la signature de l'accord de Paris lors de la COP21, dénonce le "caractère honteux" de la décision de Donald Trump. L'ancien ministre des Affaires étrangères est venu sur le plateau avec le marteau avec lequel il a "scellé l'accord de Paris avec le monde entier".

07h47 : "C'est une décision calamiteuse pour la planète. Le président des Etats-Unis indique au monde qu'il entend essayer de régler les problèmes tout seul."

Le Premier ministre est actuellement invité sur RTL. Il s'exprime sur le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris.

07h47 : @anonyme Voici les entreprises américaines qui ont condamné le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris : dans l'automobile, le groupe de véhicules électriques de luxe, Tesla, le n°1 américain de l'automobile, General Motors, General Electric, ExxonMobil, Chevron ; dans les nouvelles technologies, Information Technology Industry Center (ITI) qui regroupe notamment Apple, Ebay ou Yahoo. Il y a aussi Disney et la banque d'affaires Goldman Sachs. Cette liste n'est pas exhaustive.

07h39 : Bonjour, pourriez-vous donner la liste des entreprises majeures à avoir reagi?

08h02 : Le détournement du slogan de campagne de Donald Trump par Emmanuel Macron, "Make our planet great again" (au lieu de "Make America great again), a fait mouche. La formule du président français a été retweetée près de 80 000 fois et likée 127 000 fois.