Destitution Donald Trump : les auditions au Congrès ont commencé

Au sein du Congrès américain, une dizaine d'auditions auront lieu jusqu'au 20 novembre, pour déterminer si Donald Trump a manqué à ses obligations. 

Franceinfo

Je suis trop occupé pour regarder, c’est une chasse aux sorcières, un canular”. Le président des États-Unis bien trop occupé pour regarder l’historique séance du Congrès américain, pouvant pourtant mener à sa destitution. Après six semaines d’enquête, le capitole entame, sous l’œil des caméras, une série d’entrevues. La salle est comble, des témoins directs sont appelés à donner leur version, sous serment. Donald Trump a-t-il invité l’Ukraine à s’ingérer dans les futures élections ? A-t-il commis par ailleurs un abus de pouvoir ? Les questions sont méthodiques, tout comme le récit de l’ambassadeur américain en Ukraine : il raconte l’entretien téléphonique entre son prédécesseur et Donald Trump.

Une “calomnie” pour le Parti Républicain

L’ambassadeur Sondland a dit au président Trump que les Ukrainiens étaient prêts à aller de l'avant. Le membre de mon personnel a demandé à l'ambassadeur Sondland ce que le président Trump pensait de l'Ukraine. Il a répondu que le président Trump se "souciait davantage des enquêtes sur Biden", a déclaré William Taylor, ambassadeur par intérim en Ukraine. Le témoignage du représentant américain en Ukraine se poursuit avec une autre révélation : celle de la mise en place d’un canal politique, non officiel, entre les deux présidents américain et ukrainien, canal dirigé par l’avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani. Pour le camp républicain, l’enquête portant sur Donald Trump est pour autant “calomnieuse”. Jusqu’au 20 novembre, une dizaine d’auditions auront lieu.

Le JT
Les autres sujets du JT
William Taylor, plus haut diplomate de l\'ambassade américaine à Kiev (Ukraine), prend la parole dans le cadre de l\'enquête en destitution contre Donald Trump, le 13 novembre 2019 à Washington.
William Taylor, plus haut diplomate de l'ambassade américaine à Kiev (Ukraine), prend la parole dans le cadre de l'enquête en destitution contre Donald Trump, le 13 novembre 2019 à Washington. (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)