Commerce : le protectionnisme américain à l'épreuve du marché mondial

Sur le plateau du 20 Heures de France 2, le journaliste François Lenglet analyse les conséquences des mesures protectionnistes que Donald Trump souhaite mettre en place aux États-Unis.

FRANCE 2

Donald Trump entend bousculer les règles commerciales de la planète. Jusqu'où cela peut-il aller ? "Le risque, c'est celui de surenchère, d'engrenage, de mesures de rétorsion croisées. Le vrai danger, pourtant, ce n'est pas l'installation de telle ou telle taxe sur l'acier ou sur l'aluminium, c'est le dynamitage du code de bonne conduite du commerce mondial par les États-Unis eux-mêmes. Ce code, ce sont peu ou prou les règles de l'OMC que tout le monde respecte. Sans cela, pas d'arbitre, pas de règle, chacun n'en fait qu'à sa tête et c'est la loi du plus fort", commente le journaliste François Lenglet.

Une conjoncture profitable à la Chine ?

Cela veut-il dire qu'il n'y a que des perdants dans ce genre de guerre commerciale ? "Chez les consommateurs, c'est tout à fait vraisemblable, parce que ça va faire monter les prix. Mais il ne faut pas perdre de vue que sur le plan de la politique intérieure, l'opération pourrait être favorable à Trump, parce qu'il donne le sentiment de protéger l'Amérique contre l'invasion des étrangers. Ce alors que, depuis son élection, il n'est pas parvenu, loin s'en faut, à limiter les importations. L'autre gagnant, paradoxalement, ça pourrait être la Chine, parce que toute cette affaire installe les Chinois dans le rôle des modérés, des raisonnables qui défendent la communauté internationale. Les foucades de Trump laissent le champ libre à une Chine désireuse d'augmenter son influence dans la communauté mondiale", analyse le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump élu président des Etats-Unis le 9 novembre 2016. Le candidat républicain avait présenté un programme économique plutôt protectionniste. 
Donald Trump élu président des Etats-Unis le 9 novembre 2016. Le candidat républicain avait présenté un programme économique plutôt protectionniste.  (SARAH RICE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)