Comment un ex-espion britannique spécialiste des affaires explosives est devenu le cauchemar de Donald Trump

Le quinquagénaire, présenté comme un ex-agent du renseignement britannique reconverti dans le conseil, serait l'auteur du rapport controversé sur Donald Trump.

Un voiture de police britannique passe devant le domicile de Christopher Steele, à Runfold (Royaume-Uni) le 12 janvier 2017.
Un voiture de police britannique passe devant le domicile de Christopher Steele, à Runfold (Royaume-Uni) le 12 janvier 2017. (PETER NICHOLLS / REUTERS)

Mercredi 11 janvier au matin, Christopher Steele quitte son élégante maison de briques rouges de Runfold, un village du Surrey, à une heure de route au sud-ouest de Londres. Avant de partir, il demande simplement à son voisin de nourrir son chat pendant son absence. L'histoire de "quelques jours", assure-t-il, selon le riverain cité par le Telegraph (tous les liens sont en anglais).

Christopher Steele le sait : son identité et son rôle présumé vont bientôt être révélés au grand jour. Il a peu de temps avant que le monde entier fonde sur lui. Quelques heures plus tard, le Wall Street Journal affirme qu'il est l'homme à l'origine du rapport de 35 pages exposant de nombreuses allégations compromettantes sur Donald Trump, notamment l'existence d'une vidéo à caractère sexuel impliquant des prostituées et des échanges d'informations pendant près d'une décennie avec le Kremlin de Vladimir Poutine.

Depuis, l'homme de 52 ans, veuf et père de trois enfants, d'après le Daily Mail, se cache. Selon l'un de ses proches, joint par le Telegraph, il "craint pour sa sécurité et celle de sa famille". Cela fait pourtant des décennies que Christopher Steele joue à un jeu dangereux.

L'espion spécialiste de la Russie

Diplômé de Cambridge, Steele a travaillé pendant des décennies pour le MI6, le renseignement extérieur britannique, selon le Telegraph, le Daily Mail et le Wall Street Journal, qui cite un ancien agent de la CIA. A partir du début des années 1990, l'espion a été en poste à Moscou sous couverture diplomatique. Il aurait également fait un passage plus bref par Paris en 1998. 

De retour à Londres au début des années 2000, Steele, spécialiste du dossier russe, prend la tête du desk Russie au MI6, d'après des sources du Guardian. Il y aurait eu son heure de gloire en 2006. Ce serait lui qui, le premier, aurait compris que la mort par empoisonnement d'Alexander Litvinenko, l'ancien agent russe qui avait fui à Londres, en 2006, était un coup des services secrets russes.

Mais avec la montée en puissance du terrorisme islamiste, la Russie n'est plus la priorité des services secrets. Et après des années de bons et loyaux services, Christopher Steele prend sa retraite en 2009.

Le "professionnel expérimenté et très estimé"

L'ancien espion se lance dans une nouvelle vie de consultant. Il co-fonde Orbis Business Intelligence, un cabinet de conseil spécialisé dans le conseil stratégique, les enquêtes et la collecte d'informations. Orbis a pignon sur rue au cœur de la capitale britannique, dans un luxueux immeuble du quartier de Grosvenor Gardens, tout près de Buckingham Palace.

Le bâtiment abritant les bureaux d\'Orbis Business Intelligence, le 12 janvier 2017 à Londres (Royaume-Uni).
Le bâtiment abritant les bureaux d'Orbis Business Intelligence, le 12 janvier 2017 à Londres (Royaume-Uni). (STEFAN WERMUTH / REUTERS)

Le co-directeur d'Orbis est un professionnel respecté. Un ex de la CIA, en poste à Moscou en même temps que Steele, le décrit dans le New York Times comme quelqu'un ayant une bonne réputation et même "une certaine crédibilité". D'anciens collègues, cités par le Guardian, saluent un professionnel méticuleux et prudent, considéré comme "très crédible". Un ancien responsable du ministère britannique des Affaires étrangères qui connaît cet ancien agent depuis vingt-cinq ans et le considère comme un ami, assure au Guardian que "l'idée que son travail puisse être un faux ou une opération digne des Pieds nickelés est complètement incorrecte". "Chris est un professionnel expérimenté et très estimé. Ce n'est pas le genre de personne qui colporterait des ragots", assure-t-il.

Et les cliens d'Orbis sont prestigieux. Le cabinet est engagé par la fédération anglaise de football pour enquêter sur la Fifa, selon des sources de Reuters au fait des activités de Steele. En décembre 2010, la fédération anglaise de football est candidate à l'organisation des Coupes du monde 2018 et 2022, des Mondiaux finalement attribués à la Russie et au Qatar, sur fond de soupçons de corruption.

A l'été 2010, révèle Reuters, des membres d'une équipe new-yorkaise du FBI qui enquêtent sur le crime organisé eurasien rencontrent Steele à Londres pour discuter de soupçons de corruption à la Fifa. Coïncidence ? En mai 2015, l'enquête du FBI aboutit à sept arrestations de présidents et ex-dirigeants de fédérations en Suisse. Dans la foulée, le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, est démis de ses fonctions et son emblématique président, Sepp Blatter, démissionne.

Le consultant à l'encombrant dossier

En 2016, alors que la campagne présidentielle américaine entre dans le vif du sujet, Steele est recruté par Fusion GPS, une firme américaine basée à Washington et spécialisée dans la recherche d’informations sur les personnalités politiques.

Selon un journaliste de la BBC, Fusion GPS est engagée par un Super PAC, un comité soutenant Jeb Bush, le frère de l'ex-président George W. Bush, qui vise l'investiture républicaine pour la présidentielle. Fusion GPS est chargé d'enquêter sur l'un de ses rivaux, Donald Trump. La porte-parole de Jeb Bush dément l'information à Reuters. Et la BBC assure que son journaliste s'est trompé. L'investiture républicaine échappe à Jeb Bush, mais l'enquête de Steele et Fusion GPS se poursuit, financée cette fois par un donateur de la campagne démocrate d'Hillary Clinton. Le dossier Trump devient de plus en plus volumineux. Et encombrant.

Un journaliste devant l\'entrée de l\'immeuble où se trouve le siège d\'Orbis Business Intelligence, le 12 janvier 2017 à Londres (Royaume-Uni).
Un journaliste devant l'entrée de l'immeuble où se trouve le siège d'Orbis Business Intelligence, le 12 janvier 2017 à Londres (Royaume-Uni). (STEFAN WERMUTH / REUTERS)

En juillet 2016, Steele se rappelle au souvenir d'un agent du FBI qu'il connaît depuis le Fifagate. Mais en octobre, un mois avant l'élection présidentielle américaine, Steele coupe les ponts avec son contact au FBI. La police fédérale américaine est à son goût bien trop lente. Selon des sources de Reuters, le FBI a bien ouvert une enquête préliminaire sur Trump, son entourage et ses liens avec la Russie, à partir du rapport de Steele, mais l'élection approchant, le bureau a mis la pédale douce. Et c'est une autre enquête qu'il relance : celle sur les mails d'Hillary Clinton. 

Fin novembre, le Forum international sur la sécurité se tient à Halifax, au Canada. John McCain y assiste. Le sénateur, ancien candidat à la Maison Blanche en 2008 face à Barack Obama, est un farouche opposant à Donald Trump au sein du parti républicain. Il est approché par un ancien ambassadeur britannique à Moscou qui a eu connaissance du rapport. John McCain envoie un émissaire rencontrer Steele. En moins de 24 heures, McCain a le rapport entre les mains. Le 9 décembre, McCain remet le document au patron du FBI, James Comey, en toute discrétion. Le document est jugé suffisamment important pour que le FBI en glisse un résumé dans le rapport sur le renseignement russe qu'il remet à Barack Obama, le président sortant, et Donald Trump, le président élu.

Entre-temps, Steele s'est tourné vers la presse dans l'espoir de rendre le scandale public. Et pendant des mois, son rapport a circulé de rédactions en rédactions. Mais devant l'impossibilité de corroborer les allégations contenues dans le document, aucun média n'a publié ses embarrassantes allégations. Mardi 10 janvier, BuzzFeed a décidé de le faire. La bombe à retardement a fini par exploser.