Meurtre de George Floyd : le policier Derek Chauvin jugé coupable veut faire annuler le verdict

Sa requête a été déposée après l'apparition de photos d'un des douze jurés dans une manifestation antiraciste, qui ont soulevé des interrogations sur son impartialité. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Derek Chauvin lors du verdict qui le reconnait coupable du meurtre de George Floyd, à Minneapolis (Etats-Unis), le 20 avril 2021.  (COURT TV / AFP)

Le policier blanc Derek Chauvin, jugé coupable du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd, a demandé mardi 4 mai l'annulation du verdict, accusant le jury d'avoir eu des "comportements inappropriés". Sa requête a été déposée après l'apparition de photos d'un des douze jurés dans une manifestation antiraciste, qui ont soulevé des interrogations sur son impartialité, mais elle ne les mentionne pas.

Son avocat Eric Nelson demande "une audience pour annuler le verdict sur le fondement de comportements inappropriés du jury, de menaces, d'intimidations et de pressions ayant pesé sur lui et/ou de son échec à suivre les instructions pendant les délibérations", selon un document transmis à la justice.

Il réclame également un nouveau procès au motif que le juge a refusé de dépayser le procès et d'isoler les jurés pendant les audiences, si bien qu'ils ont, selon lui, été influencés par l'immense couverture médiatique du dossier.

"Cela arrive très rarement" 

Huit jours après le verdict concernant Derek Chauvin, l'un des jurés, Brandon Mitchell, un homme noir de 31 ans, a donné plusieurs interviews, dans l'espoir d'encourager les Afro-Américains à faire partie de jurys. "Comme voter, cela peut aider à provoquer un changement", avait-il dit. Depuis, une photo de lui, vêtu d'un tee-shirt aux couleurs du mouvement Black Lives Matter avec la mention "Enlevez vos genoux de nos cous", a fait surface sur les réseaux sociaux.

Brandon Mitchell a expliqué à la presse locale avoir été photographié dans cette tenue en marge d'une grande manifestation antiraciste organisée fin août. Mais, dans le questionnaire adressé aux jurés potentiels avant le procès, il avait dit ne pas avoir participé aux manifestations contre les violences policières qui ont suivi la mort de George Floyd.

"Ses réponses étaient techniquement correctes", puisqu'il s'agissait d'une commémoration, relève l'expert en sélection des jurés Jeffrey Frederick. "Il revient désormais au juge de l'interroger à nouveau pour voir s'il avait des idées préconçues ou s'il a menti, et de décider si c'est suffisamment grave pour affecter l'issue du procès", a-t-il ajouté. "Mais la barre est très haute pour annuler un procès, et cela arrive très rarement", a-t-il souligné.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.