Les Etats-Unis accusent le régime iranien d'avoir tué plus de 1 000 manifestants

La contestation a éclaté le 15 novembre dès l'annonce d'une forte hausse du prix de l'essence.

Des manifestants contre la hausse du prix de l\'essence à Shiraz en Iran, le 17 novembre 2019.
Des manifestants contre la hausse du prix de l'essence à Shiraz en Iran, le 17 novembre 2019. (AY-COLLECTION/SIPA)

Les Etats-Unis ont accusé jeudi 5 décembre le régime de Téhéran d'avoir tué plus de 1 000 Iraniens lors de la répression "brutale" de la contestation qui a éclaté mi-novembre, un bilan bien supérieur à ceux évoqués jusqu'ici. L'émissaire américain pour l'Iran Brian Hook a précisé que le bilan n'était "pas certain, car le régime bloque l'information". En revanche, "nous savons avec certitude qu'il y a eu des centaines et des centaines" de morts, a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Washington.

Les Moudjahidine du peuple, un mouvement iranien d'opposition en exil, proche des conservateurs américains, avaient eux diffusé dès mercredi un bilan de 1 029 morts, semblable à celui affiché jeudi par Washington.

La contestation a éclaté le 15 novembre dès l'annonce d'une forte hausse du prix de l'essence, en pleine crise économique aggravée par les sanctions américaines, et a touché une centaine de villes. Amnesty International a estimé qu'au moins 208 personnes avaient été tuées par les forces de l'ordre iraniennes, tout affirmant que "le bilan réel" de cette "horrible tuerie" était "vraisemblablement supérieur". Téhéran, qui qualifie de "mensonges absolus" ces chiffres fournis par des "groupes hostiles", n'a confirmé à ce jour que cinq décès : quatre membres des forces de l'ordre tués par des "émeutiers" et un civil.