Les Etats-Unis reviennent dans le Conseil des droits de l'homme de l'ONU

La nouvelle administration Biden juge que la politique de la chaise vide de Donald Trump a laissé le champ libre à des régimes autoritaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain Joe Biden sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 8 février 2021. (SAUL LOEB / AFP)

Ils reviennent sans illusions. Les Etats-Unis ont annoncé, lundi 8 février, leur intention de "s'impliquer" à nouveau dans le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, jugeant que la politique de la chaise vide de Donald Trump avait laissé le champ libre à des régimes autoritaires.

Le nouveau président Joe Biden "a donné instruction au département d'Etat de s'impliquer immédiatement et avec force" dans la plus haute instance des Nations unies chargée des droits humains, a annoncé dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

"Nous savons que le Conseil des droits de l'homme est un organe plein de défauts, qui a besoin de réformer son programme, sa composition et ses priorités, y compris l'attention disproportionnée qu'il porte à Israël."

Antony Blinken

Mais "pour être en mesure de s'attaquer aux insuffisances du Conseil et s'assurer qu'il remplit son mandat, les Etats-Unis doivent être présents à la table et faire usage de tout le poids de notre rôle de fer de lance en matière de diplomatie", a-t-il estimé.

"Un forum important"

"Quand il fonctionne comme il se doit, le Conseil des droits de l'homme met en exergue les pays qui ont le pire bilan en matière des droits de l'homme et il peut être un forum important pour ceux qui combattent l'injustice et la tyrannie", a encore souligné Antony Blinken.

Le chef de la diplomatie américaine a pour sa part assuré que les Etats-Unis feraient aussi le ménage chez eux. Il a rappelé que Joe Biden s'était engagé à mettre fin au racisme systémique, alors que le Conseil des droits de l'homme de l'ONU avait critiqué les violences, notamment policières, contre la communauté afro-américaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.