Etats-Unis : aucune charge retenue contre le président Joe Biden pour sa gestion de documents confidentiels

Le chef d'Etat américain était dans le viseur de la justice pour avoir conservé dans sa résidence une dizaine de documents classés "top secret".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président américain, Joe Biden, dans le jardin de la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 8 février 2023. (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Joe Biden ne sera pas inquiété. Le procureur spécial chargé d'enquêter sur les accusations de mauvaise gestion de documents confidentiels par le président américain a décidé, jeudi 8 février, de ne pas recommander de poursuites. Nommé en janvier 2023 par le ministre américain de la Justice, Merrick Garland, le procureur spécial Robert Hur conclut dans son rapport qu'"une inculpation ne se justifierait pas", décrivant Joe Biden comme un "homme âgé avec une mauvaise mémoire".

L'enquête de Robert Hur avait été lancée après que des documents classés "top secret" ont été retrouvés en 2022 dans la résidence de Joe Biden dans le Delaware et dans l'un de ses anciens bureaux.

Il avait plaidé l'"inadvertance"

Selon le Washington Post, l'affaire concerne moins de vingt documents. Ils dataient de l'époque à laquelle Joe Biden était vice-président de Barack Obama. La Maison Blanche avait alors plaidé une "erreur" et parlé de documents emportés "par inadvertance".

Il a insisté sur la différence entre son attitude dans cette affaire et celle de Donald Trump, poursuivi pénalement pour avoir emporté des centaines documents confidentiels après son départ de la Maison Blanche et accusé d'"obstruction à la justice" dans cette affaire. "L'affaire de documents de Biden est différente de la mienne et 100 fois plus grave. Je n'ai rien fait de mal et j'ai bien plus coopéré" avec les enquêteurs, a réagi l'ancien président républicain.

Dans un communiqué publié jeudi, la Maison Blanche a salué "l'absence de poursuites" contre Joe Biden, tout en déplorant des "commentaires déplacés" du procureur concernant la santé du chef d'Etat de 81 ans, candidat à sa réélection. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.