"Il n'y a plus un seul poteau électrique debout" : À Panama City en Floride, les dégâts sont impressionnants après le passage de l'ouragan Michael

Le reporter de franceinfo a pu se rendre à Panama City, en Floride, au moment du passage de l'ouragan. 

Une habitante de Panama City (Floride) devant ce qu\'il reste d\'une des habitations de son père, le 10 octobre 2018. 
Une habitante de Panama City (Floride) devant ce qu'il reste d'une des habitations de son père, le 10 octobre 2018.  (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La traversée de Panama City, jeudi 11 octobre, de nuit, sans autre lumière que celles des étoiles est impressionnante après le passage de l'ouragan Michael. D'autant plus que la ville est placée sous couvre-feu jusqu'à vendredi matin. Il n'y a plus un seul poteau électrique debout, rapporte notre journaliste Gregory Philipps sur place. Il raconte que dans la lumière des phares des voitures, les bâtiments semblent comme soufflés par des explosions. 

Des voitures ont été projetés par la force des vents sur le parking. Tous les véhicules ou presque ont vu leurs vitres brisées par les rafales.  

Une ville déserte 

La plupart des 35 000 habitants de Panama City sont partis. La ville est extrêmement silencieuse. On croise parfois une ou deux voitures de police sensées interpeller ceux qui violeraient le couvre-feu. Elles circulent entre les fils électriques tombés à terre et les nombreux débris. 

Toujours sur la côte, la petite station balnéaire de Mexico Beach a elle aussi été soufflée si on en croit les premières images venues de la zone et diffusées par les télévisions américaines. Mais c'est seulement au lever du jour qu'on pourra véritablement mesurer l'ampleur des dégâts.