Vidéo Tuerie dans une école primaire aux États-Unis : "Les armes font partie de la vie quotidienne au Texas", explique un historien

Publié
Article rédigé par
Radio France

De plus, beaucoup d'élus du Congrès doivent leur situation au lobby des armes qui ont financé leur campagne, souligne Romain Huret, directeur d’études à l’EHESS.

"Les armes font partie de la vie quotidienne, c'est un objet culturel au Texas, là où a lieu la tuerie", déclare mercredi 25 mai sur franceinfo Romain Huret, historien des États-Unis et directeur d’études à l’EHESS, alors qu'un tireur a tué au moins 21 personnes dont 19 enfants dans une école primaire d'Uvalde.

C'est la fusillade la plus meurtrière depuis Sandy Hook, en 2012, qui avait coûté la vie à vingt enfants de 6 et 7 ans. Depuis, il y a eu 900 fusillades dans les établissements scolaires américains, précise un correspondant de Radio France aux États Unis. "On apprend très jeune à tirer, ce qui est rarement le cas en France", explique Romain Huret. Le tireur, un adolescent de 18 ans, a acheté la semaine dernière deux fusils d'assaut pour son anniversaire, d'après un élu du Texas.

Les armes, un lobby très puissant

Romain Huret est pessimiste sur la capacité de Joe Biden à légiférer sur le droit au port d'arme aux États-Unis, où les fusillades sont quasi quotidiennes. "C'est un droit qui est inscrit dans la culture américaine, dans la manière de vivre", explique l'historien. Le port d'armes est sanctuarisé par le deuxième amendement de la Constitution, qui autorise à constituer une milice "bien organisée" pour contribuer "à la sécurité d'un État libre", et il garantit en conséquence à tout citoyen américain le droit de détenir des armes.

>> Fusillade dans une école primaire au Texas : les États-Unis sont "un pays incapable de se réformer" sur la question des ventes d'armes

Même si le drame va relancer le débat, l'opinion publique n'est pas prête à réformer le deuxième amendement, estime l'historien. Beaucoup d'Américains "pensent que légiférer serait une mauvaise chose, qu'ils ne faut pas politiser ces drames, qui sont dus à des déséquilibrés, à des loups solitaires".

L'autre frein législatif est le "lobby du port d'armes extrêmement puissant, qui finance beaucoup de campagnes électorales". "Beaucoup d'élus du Congrès sont arrivés là parce qu'ils ont été financés par le lobby des armes", rappelle enfin Romain Huret.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.