Cet article date de plus de cinq ans.

Fusillade de Charleston : Barack Obama critique à nouveau le port d'armes

"Une nouvelle fois, des innocents ont été tués notamment parce que quelqu'un qui leur en voulait n'a eu aucun mal à se procurer une arme", a déclaré le président américain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Barack Obama à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 18 juin 2015. (SAUL LOEB / AFP)

Il a une nouvelle fois appelé à mieux encadrer les ventes d'armes à feu. Le président américain, Barack Obama, a dénoncé, jeudi 18 juin, des "meurtres insensés" après la fusillade qui a fait neuf morts dans une église de la communauté noire de Charleston (Caroline du Sud).

L'auteur présumé de cette fusillade, Dylann Roof, jeune homme blanc de 21 ans, a été arrêté dans la journée de jeudi. "Nous ne disposons pas de tous les éléments, mais nous savons que, une nouvelle fois, des innocents ont été tués notamment parce que quelqu'un qui leur en voulait n'a eu aucun mal à se procurer une arme", a déclaré Barack Obama, aux côtés du vice-président, Joe Biden.

Le Congrès inflexible sur le port d'armes

Et le locataire de la Maison Blanche de poursuivre : "Nous devons admettre le fait que ce type de violence n'arrive pas dans d'autres pays développés, cela n'arrive pas avec la même fréquence." "Et nous pouvons faire quelque chose", a-t-il promis. "A un certain moment, le peuple américain va devoir affronter cette réalité : nous devons être capables de faire évoluer notre façon de penser sur les violences par armes."

En décembre 2012, après le massacre de 20 écoliers dans le Connecticut, Barack Obama avait déjà souligné avec force la nécessité de légiférer sur le port d'armes. Mais, en dépit de l'émotion suscitée par cette tragédie, il s'était une nouvelle heurté à la farouche opposition du Congrès sur le sujet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.