États-Unis : Washington se calfeutre trois jours avant l'investiture de Joe Biden

Aux États-Unis, le président élu Joe Biden prêtera serment mercredi 20 janvier au pied du Capitole. À trois jours de l'investiture, Washington se barricade. Plus de 20 000 soldats de la Garde nationale ont été déployés dans la capitale américaine.

France 3

Aux États-Unis, Washington est, dimanche 17 janvier, une capitale désertée, et quadrillée par plus de 20 000 militaires. La ville accueillera le nouveau président américain, Joe Biden, mercredi 20 janvier. Chaque jour, des gardes nationaux venus de tout le pays rejoignent Washington. Les Américains seront priés de rester chez eux pour la cérémonie d'investiture. Même les habitants de Washington seront tenus à distance des festivités.

Signe de l'extrême tension dans la capitale : un homme a été arrêté vendredi 15 janvier à l'un des points de contrôle proches du Capitole. Une arme de poing chargée a été retrouvée dans son coffre. Il a été libéré depuis. Une manifestation pro-Trump s'est par ailleurs tenue samedi 16 janvier devant le capitole du Minnesota pour contester le résultat de la présidentielle américaine. 

Des décrets symboliques

De son côté, Joe Biden ne chôme pas : des décrets seront pris dès son entrée en fonction. "Joe Biden veut marquer dès mercredi les priorités de son mandat. Le premier décret est très symbolique : il consacrera le retour des États-Unis au sein de l'accord de Paris sur le climat. Autre décret très attendu : celui qui va rendre le port du masque obligatoire dans tous les bâtiments fédéraux à travers l'État, chose que Donald Trump s'était refusé à faire jusque-là", rapporte la journaliste Emmanuelle Lagarde en direct de Washington pour le 19/20 de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
A quelques mètres de là, des chaises sont installées pour le public de la prestation de serment de Joe Biden, dans le respect de la distanciation sociale.
A quelques mètres de là, des chaises sont installées pour le public de la prestation de serment de Joe Biden, dans le respect de la distanciation sociale. (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)