États-Unis : une enseignante atteinte d'un cancer doit payer elle-même son remplaçant

À cause d'une loi californienne, une professeure d'une école de San Francisco (États-Unis) qui se bat contre un cancer du sein doit payer elle-même son remplaçant.

FRANCEINFO

Une professeure d'une école de San Francisco, aux États-Unis, se bat contre un cancer du sein. Mais à cause d'une loi californienne, l'enseignante doit payer elle-même son remplaçant. Dans cet État, un enseignant a droit à dix jours de congés maladie par an, qui peuvent s'accumuler d'année en année. Ensuite, il peut prendre 100 jours supplémentaires, mais alors le salaire du professeur remplaçant est déduit de sa propre fiche de paie. En moyenne, cela représente 180 euros par jour.

Une collecte a réuni 13 000 euros sur internet

Au-delà de 100 jours d'absence pour maladie, il existe une "cagnotte" gérée par les syndicats scolaires. Les enseignants peuvent donner des congés qu'ils n'ont pas pris au profit d'autres collègues. "Nous devons changer le financement en Californie", pointe Eric Heins, du syndicat d'enseignants californiens. Une collecte pour l'enseignante malade a réuni environ 13 000 euros sur internet.

À cause d\'une loi californienne, une professeure d\'une école de San Francisco (États-Unis) qui se bat contre un cancer du sein doit payer elle-même son remplaçant.
À cause d'une loi californienne, une professeure d'une école de San Francisco (États-Unis) qui se bat contre un cancer du sein doit payer elle-même son remplaçant. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)