Etats-Unis : un district scolaire bannit le roman graphique sur l'Holocauste "Maus" de son programme

La décision intervient dans un contexte de remise en cause des programmes scolaires dans les Etats conservateurs, qui s'attaquent aux livres traitant de sujets de société clivants comme le racisme ou l'identité de genre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le roman graphique "Maus", d'Art Spiegelman, est photographié à Los Angeles (Etats-Unis), le 27 janvier 2022. (MARO SIRANOSIAN / AFP)

Nouvel épisode de la guerre des écoles en cours dans des Etats conservateurs américains. Les autorités scolaires d'un comté du sud des Etats-Unis ont banni le roman graphique sur l'Holocauste au succès planétaire Maus pour son contenu jugé "inapproprié". Dans ce livre, Art Spiegelman raconte les souvenirs de son père rescapé de la Shoah, dans lesquels les juifs sont représentés par des souris, les nazis par des chats. Récompensé par un prix Pulitzer en 1992, une première pour une bande dessinée, Maus a été traduit en plus de vingt langues.

Mais son contenu est "vulgaire et inapproprié" pour des collégiens de 13 ans, a estimé le conseil scolaire du comté de McMinn, dans le Tennessee, qui a voté le 10 janvier pour le retirer du programme en attendant de trouver un autre livre sur l'Holocauste. "Il y a un langage grossier et désagréable dans ce livre", a expliqué le directeur du conseil, Lee Parkison, selon le compte-rendu de la réunion. Huit mots vulgaires et une image de femme nue sont concernés.

"Confusion totale" de l'auteur

Interrogé jeudi par la chaîne CNN (en anglais), Art Spiegelman a dit avoir été plongé dans une "confusion totale" avant d'"essayer d'être tolérant avec ces gens qui pourraient ne pas être des nazis", mais "qui se sont concentrés sur quelques mots grossiers". Alors que le 77e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau est marqué jeudi, le Musée de l'Holocauste à Washington a souligné sur son compte Twitter que Maus jouait "un rôle vital" pour l'enseignement de la Shoah "en partageant des expériences détaillées et personnelles des victimes et des survivants".

La décision intervient dans un contexte de remise en cause des programmes scolaires dans les Etats conservateurs, qui s'attaquent aux livres traitant de sujets de société comme le racisme ou l'identité de genre. Un autre classique, Beloved de l'Afro-Américaine Toni Morrison, a fait récemment l'objet d'une polémique. Une mère d'élève de Virginie a affirmé que son fils lycéen avait fait des cauchemars après avoir lu le livre, qui raconte l'histoire d'une ancienne esclave choisissant de tuer son enfant pour éviter qu'il subisse les atrocités de l'esclavage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.