États-Unis : San Francisco restreint la reconnaissance faciale

La ville de San Francisco (États-Unis) a décidé d'opérer un recul en matière de reconnaissance faciale. Un moyen de défendre davantage la vie privée des citoyens. 

San Francisco est la première ville des États-Unis à limiter la reconnaissance faciale dans l'espace public. Une interdiction qui ne concerne ni les aéroports ni les sites régulés par les autorités fédérales. "Cette limitation est une bonne idée, la police est efficace en utilisant l'ancienne méthode. Alors, pourquoi vouloir évoluer vers une technologie qui constitue une menace pour la vie privée ?", interroge une habitante. L'élu Aaron Peskin a porté cette limitation pour protéger ses concitoyens. "C'est psychologiquement malsain quand la population se sait surveillée dans les lieux publics, dans la rue, dans les parcs... Ce n'est pas la ville dans laquelle je veux vivre", lance l'homme politique.

Un dispositif pas fiable

Au-delà de la vie privée, les limites de la technologie sont aussi un problème, car la reconnaissance faciale n'est pas totalement fiable. Il est très difficile d'identifier les personnes de couleur et en particulier les femmes afro-américaines. La Chine et l’Inde sont les deux leaders mondiaux en la matière.

La ville de San Francisco (États-Unis) a décidé d\'opérer un recul en matière de reconnaissance faciale. Un moyen de défendre davantage la vie privée des citoyens. 
La ville de San Francisco (États-Unis) a décidé d'opérer un recul en matière de reconnaissance faciale. Un moyen de défendre davantage la vie privée des citoyens.  (FRANCEINFO)