États-Unis : les soins pourront-ils bientôt être légalement refusés aux personnes LGBT+ ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
États-Unis : les soins pourront-ils bientôt être légalement refusés aux personnes LGBT+ ? -
États-Unis : les soins pourront-ils bientôt être légalement refusés aux personnes LGBT+ ? États-Unis : les soins pourront-ils bientôt être légalement refusés aux personnes LGBT+ ? - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - L. De La Mornais, A. Sangouard, Z. Boughzou
France Télévisions
France 2
Le gouverneur de Floride a lancé un projet de loi visant à laisser les médecins et l’ensemble du personnel soignant refuser de soigner certaines personnes. Les associations LGBT+ se sont immédiatement senties visées.

Ron DeSantis, gouverneur de Floride, s’est attaqué aux livres à la mention de l’homosexualité dans les écoles. Il a même défié Disney et ses films jugés trop inclusifs. Maintenant il veut aller encore plus loin avec les médecins et le personnel soignant qui pourraient refuser des soins à certaines personnes. Bien que le projet de loi ne fasse pas mention explicite de l’homosexualité, les associations LGBT+ s’estiment visées. "Par exemple, si je dis que mon partenaire est un homme, le médecin pourrait me dire ‘je refuse de vous prescrire des médicaments comme ceux de prévention contre le sida parce que ça me pose un problème’", explique Brandon Wolf, porte-parole de l’organisation Equality in Florida.

Le gouverneur souhaite s’adresser à la frange radicale des Républicains

Pour les experts indépendants qui ont lu le projet de loi, il s’agit bien de discrimination, "quelle que soit la raison". Tout cela s’inscrit dans un contexte politique. Ron DeSantis a des ambitions pour la présidentielle et souhaite s’afficher comme le nouveau porte étendard de la droite républicaine ultra-conservatrice, le représentant d'une guerre culturelle. Pourtant, il patine dans les derniers sondages, ne s’adressant qu’à la base la plus radicale du parti. Ces derniers semblent lui préférer Donald Trump.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.