Cet article date de plus de six ans.

Etats-Unis : "le tueur du Golden State" officiellement inculpé pour meurtre

Joseph DeAngelo, 72 ans, suspecté d'être un tueur en série, a été arrêté mardi.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Joseph DeAngelo, suspecté d'être le tueur du Golden State, le 27 avril 2018 à Sacramento (Californie). (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le "tueur du Golden State" face à la justice. Joseph DeAngelo, suspecté d'être le tueur en série qui a terrorisé la Californie dans les années 1970 et 80, a été officiellement inculpé vendredi 27 avril pour meurtres avec circonstances aggravantes. L'homme de 72 ans, interpellé mardi à son domicile de Citrus Heights et placé en détention dans la prison du comté de Sacramento, était présent vendredi au tribunal en combinaison orange, menotté à un fauteuil roulant, l'air somnolent.

Le juge lui a lu les chefs d'accusation liés au meurtre en 1978 de Katie et Brian Maggiore à Rancho Cordova, près de la capitale californienne, dans le nord de l'Etat. Au juge qui lui a proposé un avocat, l'accusé a d'abord répondu d'une voix inintelligible avant de prononcer ces seuls mots "j'ai un avocat" et d'acquiescer quand le magistrat lui a demandé s'il s'agissait d'une avocate commise d'office. La prochaine audience est fixée au 14 mai.

Joseph James DeAngelo fait également l'objet de six autres chefs d'accusation pour meurtre dans les comtés d'Orange et Ventura, dans le sud de la Californie. Il est au total soupçonné d'être l'auteur de 12 meurtres, une cinquantaine de viols dont certains accompagnés d'actes sadiques, et d'environ 120 cambriolages.

Une enquête dénouée grâce à un site internet de généalogie

Après avoir échappé aux autorités pendant plus de quarante ans, il a été retrouvé en l'espace de quelques jours grâce à des échantillons d'ADN que les enquêteurs ont croisés avec des profils figurant dans la base de données d'un site de généalogie, GEDmatch.

D'après le Los Angeles Times, les enquêteurs ont trouvé un ADN correspondant à des cousins éloignés au troisième, quatrième voire cinquième degré, remontant les arbres généalogiques jusqu'aux "arrière-arrière-arrière-grands-parents de DeAngelo". Ils "ont passé des mois à passer au peigne fin l'arbre généalogique", éliminant les membres de la famille vivant hors de la Côte ouest américaine, "jusqu'à le définir comme le suspect" le plus probable, ajoute le quotidien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.