Etats-Unis : la Maison Blanche fait état de "progrès réguliers" dans les négociations pour éviter un défaut de paiement

Les Etats-Unis risquent un défaut de paiement si le Congrès ne trouve pas d'accord pour relever le plafond de la dette.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président des Etats-Unis, Joe Biden, au sommet du G7 à Hiroshima, au Japon, le 19 mai 2023. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

La menace sur les comptes des Etats-Unis est-elle en passe de s'éloigner ? Le président américain, Joe Biden, a été informé de "progrès réguliers" dans les négociations à Washington pour éviter un défaut de paiement du pays, a déclaré vendredi 19 mai un responsable de la Maison Blanche en marge du sommet du G7 au Japon auquel participe le président américain.

"Le président a demandé à son équipe de continuer à faire pression pour un accord bipartisan" et "reste confiant dans la capacité du Congrès à prendre les mesures nécessaires pour éviter un défaut de paiement" sur la dette américaine, selon ce responsable. Le gouvernement américain s'attend à ce que le plafond de la dette fédérale soit atteint dès le 1er juin, si le Congrès ne vote pas, comme il en a l'obligation, son relèvement.

Les républicains réclament une baisse des dépenses

Cela fait craindre que la première économie mondiale fasse défaut sur des remboursements de sa dette, ce qui déclencherait une tempête financière mondiale. L'espoir d'éviter ce scénario est toutefois de mise actuellement. "Je vois une percée par laquelle nous pourrions parvenir à un accord", a déclaré jeudi le président de la Chambre des représentants des Etats-Unis, le républicain Kevin McCarthy.

Les républicains tentent d'obtenir des coupes conséquentes dans les dépenses publiques en échange de leur feu vert au Congrès pour relever le plafond de la dette. La Maison Blanche a accusé les républicains de tenir l'économie américaine "en otage". Joe Biden a nommé deux négociateurs spéciaux sur le dossier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.