Etats-Unis : Hunter Biden, fils du président américain, plaide coupable de fraude fiscale et de détention illégale d'arme à feu

"Je suis très fier de mon fils", a réagi Joe Biden mardi après-midi, après cette annonce.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président des Etats-Unis, Joe Biden, avec son fils Hunter Biden, à la base de la Garde nationale aérienne de Hancock Field à Syracuse, New York, le 4 février 2023. (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)

Hunter Biden, fils du président américain, a reconnu sa culpabilité dans deux affaires pénales le concernant. Il espère ainsi solder les comptes alors que la campagne de son père pour 2024 prend forme.

Cela "met fin" aux poursuites contre Hunter Biden, 53 ans, a assuré son avocat mardi dans un communiqué. Selon lui, l'ancien homme d'affaires, devenu artiste, "tient à assumer les erreurs faites lorsqu'il était aux prises dans sa vie avec des tourments et des addictions". "Je suis très fier de mon fils", a de son côté déclaré Joe Biden en début d'après-midi.

L'opposition dénonce un "traitement de faveur"

Hunter Biden plaide coupable, d'une part, dans une affaire de fraude à l'impôt fédéral sur le revenu, a détaillé le procureur David Weiss, en charge du dossier dans l'Etat du Delaware, berceau de la famille Biden. Il va par ailleurs, selon la même source, passer un accord avec l'accusation dans une affaire de violation de la législation sur les armes à feu, ce qui équivaut à une reconnaissance de culpabilité.

Il lui est reproché d'avoir acquis une arme à feu en 2018 alors qu'il était toxicomane. L'ancien président Donald Trump, qui pourrait affronter Joe Biden à nouveau en 2024, a estimé dans une réaction sur son réseau Truth Social qu'Hunter Biden n'avait écopé que d'une peine assimilable à une banale "amende pour violation du code de la route" et clamé que le système judiciaire était "cassé". Le chef de file des républicains à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a, lui, dénoncé un "traitement de faveur".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.