Ce que l'on sait de la fusillade d'Orlando

Un homme a ouvert le feu dans un club fréquenté par la communauté gay. Quarante-neuf personnes sont mortes et 53 ont été blessées. Le tireur a été tué.

Des passants regardent des ambulances partir après l\'attaque meurtrière perpétrée dans une discothèque d\'Orlando, en Floride (Etats-Unis), le 12 juin 2016.
Des passants regardent des ambulances partir après l'attaque meurtrière perpétrée dans une discothèque d'Orlando, en Floride (Etats-Unis), le 12 juin 2016. (PHELAN M. EBENHACK / AP / SIPA)

"Sortez tous et courez !" Ce message paniqué des propriétaires du Pulse Orlando, posté sur Facebook peu de temps après le début des tirs, illustre bien la violence de l'événement. Cette discothèque gay d'Orlando, en Floride, a été le théâtre de la plus grave fusillade de l'histoire des Etats-Unis, dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin. Le bilan est dramatique : 49 morts et 53 blessés. Le président Barack Obama a condamné "un acte de terreur et de haine" et a ordonné que les drapeaux soient mis en berne dans tout le pays.

> Suivez les derniers éléments de l'enquête dans notre direct

Francetv info récapitule les derniers éléments de ce drame. 

Que s'est-il passé ? 

"Vers 2 heures du matin (8 heures en France), quelqu'un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés sur le sol", raconte l'un des clients de la boîte, Ricardo Negron, interrogé par la chaîne britannique Sky News (en anglais). Trois cent cinquante personnes se trouvaient alors à une soirée "latine" avec spectacle de drag-queens. "Je suppose que l'homme tirait en l'air, parce qu'on voyait le verre des lampes tomber, ajoute le client. Il y a eu une courte pause dans les tirs et certains d'entre nous ont pu se lever et sortir en courant par derrière." 

>> RECIT. 2h02 du matin au Pulse Club d'Orlando : la musique latino, les stroboscopes, puis soudain, les tirs en rafale

Cet Américain, interrogé par France 3, raconte qu'il lui a fallu quelques minutes avant de comprendre que des tirs retentissaient dans la boîte de nuit. Ils se confondaient avec la musique. 

Des troupes d'élite sont finalement entrées pour abattre le tireur et délivrer les dernières personnes retenues en otage. 

Combien y a-t-il de victimes ? 

L'attaque a fait 49 morts, dont 48 ont été identifiés, selon un dernier bilan donné par le FBI, lundi. Il s'agit de la pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis. En outre, au moins 53 blessés ont été transportés à l'hôpital. 

Le tireur a été tué. Peu avant de rapporter son décès, la police avait indiqué avoir procédé à une "explosion contrôlée" devant le club.

Que sait-on sur le tireur ? 

Il s'agit d'Omar Seddique Mateen, un citoyen américain d'origine afghane né en 1986. Il vivait à environ 200 kilomètres au sud-est d'Orlando, dans la ville de Port Saint Lucie, et son casier judiciaire était vierge. Son ex-femme a décrit une personnalité "bipolaire", colérique, racontant qu'il "la battait".

>> Tuerie d'Orlando : que sait-on de son auteur présumé, Omar Mateen ?

Soupçonné par ses collègues de liens avec les jihadistes, il avait déjà fait l'objet d'enquêtes du FBI en 2013 et 2014. Le FBI s'était intéressé à lui après "des remarques à ses collègues suggérant d'éventuels liens avec des terroristes", a-t-il expliqué. La police a aussi évoqué les "sympathies" d'Omar Mateen pour l'islamisme. Durant la tuerie, l'homme a appelé les services de secours américains et a alors prêté allégeance à l'Etat islamique. Le groupe jihadiste a d'ailleurs revendiqué la fusillade. Une enquête pour "acte de terrorisme" a été ouverte.

Dans quel contexte a eu lieu cette fusillade ? 

C'est la deuxième fois en trois jours que la ville d'Orlando est le théâtre d'une fusillade. Vendredi 10 juin au soir, une jeune chanteuse américaine, Christina Grimmie, ancienne candidate de l'émission "The Voice", a été abattue alors qu'elle signait des autographes à l'issue d'un concert au Plaza Live, situé à moins de cinq kilomètres du Pulse. 

L'assassin, Kevin James Loibl, 27 ans, en possession de deux armes de poing, s'est donné la mort en se tirant une balle dans la tête sans que ses mobiles aient été éclaircis. Il était originaire de la ville de St. Petersburg, dans l'Etat de Floride.

Le carnage au Pulse intervient en pleine célébration de la Gay Pride aux Etats-Unis. L'acte a provoqué une onde de choc internationale, suscitant des condamnations dans le monde entier, dont celles du pape et de représentants de la communauté musulmane.