Attentats du 11-Septembre : des millions d'Américains rendent hommage aux 2977 victimes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Attentats du 11-Septembre : des millions d'Américains rendent hommage aux 2977 victimes
FRANCE 2
Article rédigé par
L.De La Mornais, S.Perez, A.Vahramian, B.Laigle, T.Donzel, J.Montupet - France 2
France Télévisions

Vingt ans jour pour jour après les attentats du 11 septembre 2001, les Américains ont respecté six minutes de silence en hommage aux 2977 victimes des attaques terroristes.

À 8h46 (heure américaine) dans les rues de New York (États-Unis), le silence a envahi la ville, habituellement bruyante. Les sourires des touristes ont été remplacés par des larmes d'émotion à l'heure où la première des deux tours avait été percutée, le 11 septembre 2001. Là où se dressait le World Trade Center se trouvent désormais les photos des 2 753 victimes de l'effondrement des deux tours. Au milieu des familles, deux anciens présidents américains, Bill Clinton, Barack Obama, ainsi que Joe Biden se mêlent à la foule pour soutenir les familles des victimes.

Six moments de silence à travers le pays

À six moments, le silence a régné à travers le pays aux heures exactes où les quatre avions ont percuté le World Trade Center, le Pentagone, le champ de Pennsylvanie et à l'instant précis où les deux tours jumelles se sont effondrées. Entre ces moments de recueillement silencieux, des artistes américains sont venus rendre hommage aux victimes en entonnant des chansons. "Dans les semaines et les mois qui ont suivi les attentats, j'étais fier de diriger les États-Unis d'Amérique", scande George W. Bush, ancien président des États-Unis, depuis le champ de Pennsylvanie où s'est écrasé le vol 93. "L'unité de l'Amérique semble lointaine", ajoute ce dernier. Pour Loïc de La Mornais, journaliste à France Télévisions en direct de New York (États-Unis), il faut nuancer les propos de l'ancien président : "Ici, à New York, l'unité était là. Les gens se sont soutenus."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.