Attentats du 11 septembre 2001 : un laboratoire se bat pour retrouver le nom des dernières victimes

Plusieurs dizaines de milliers de restes humains ont été trouvés dans les décombres des attentats des tours jumelles de New York (États-Unis). Un laboratoire muni d’une technologie de pointe cherche à identifier à qui ils appartenaient.

Voir la vidéo
FRANCE 2

17 ans après, l’identification des victimes des attentats du 11 septembre 2001 se poursuit. Presque 22 000 restes humains ont été trouvés dans les décombres de Ground Zero, à New York (États-Unis). Un millier n’a toujours pas de nom. Dans un laboratoire de Manhattan (États-Unis), une équipe munie d’une technologie de pointe tente d’associer un ADN à chaque fragment d’os.

Un jeune analyste financier identifié

"22 000 restes ont été découverts à Ground Zero, explique Mark Desire, directeur adjoint de l'institut médico-légal de New York. Ils ont subi les pires conditions qui ont détruit leur ADN : le feu, le carburant des avions, la lumière du soleil, l'eau les moisissures et les bactéries." En juillet 2018, le laboratoire est parvenu à retrouver l’identité d’un analyste financier de 26 ans qui travaillait au 86e étage du World Trade Center. Il est ainsi devenu la 1642e victime des attentats du 11 septembre 2001.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des équipes de secours tentent de retrouver des survivants dans les décombres du World Trade Center, à New York (Etats-Unis), au lendemain des attaques terroristes du 11 septembre 2001.
Des équipes de secours tentent de retrouver des survivants dans les décombres du World Trade Center, à New York (Etats-Unis), au lendemain des attaques terroristes du 11 septembre 2001. (JIM BOURG / REUTERS)