Proche de Bill Clinton, fille de milliardaire, introuvable depuis 2016 : qui est Ghislaine Maxwell, complice présumée de Jeffrey Epstein ?

Chaînon manquant de l'affaire Jeffrey Epstein, la mondaine et ancienne compagne du financier est sortie des radars depuis trois ans. 

Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell lors d\'une soirée, le 15 mars 2005, à New York (Etats-Unis). 
Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell lors d'une soirée, le 15 mars 2005, à New York (Etats-Unis).  (PATRICK MCMULLAN / GETTY IMAGES)

C'est un nom récurrent dans le dossier Epstein. Depuis le "suicide apparent", samedi 10 août, de Jeffrey Epstein, les autorités ont annoncé que l'enquête se poursuivrait et s'orienterait davantage vers les proches du financier millionnaire accusé d'avoir monté un trafic sexuel de mineures. Parmi les noms dévoilés dans les documents judiciaires ou les médias américains, l'un se détache du lot : celui de Ghislaine Maxwell. Qui est cette femme, ex-compagne du financier et accusée par les victimes d'avoir été la coordinatrice du réseau de prostitution ? Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait d'elle. 

La fille d'un milliardaire britannique endetté 

Désormais âgée de 57 ans, Ghislaine Maxwell a grandi dans le luxe et l'opulence, dans un manoir aux quelque 53 chambres à proximité d'Oxford (Royaume-Uni), raconte The Independent (en anglais). Elle est la fille du magnat des médias britannique Robert Maxwell, qui a notamment fondé Pergamon Press, une maison d'édition d'ouvrages de médecine et scientifiques à succès, avant d'investir dans les tabloids britanniques, comme The Mirror, puis dans MTV Europe. 

Après des études à Cambridge, Ghislaine Maxwell quitte le Royaume-Uni pour New York. En 1991, son père meurt à bord de son yacht, le Lady Ghislaine. Bien que les autorités estiment que sa mort est un accident, certains médias locaux spéculent sur un potentiel suicide : l'homme d'affaires, croulant sous les dettes, aurait succombé à la pression. Une version qu'a toujours réfuté Ghislaine Maxwell.

A la mort de son père, la jeune femme peut compter sur l'assurance-vie d'environ 100 000 dollars par an dont elle est la bénéficiaire, afin d'assurer son train de vie. Pour compléter, elle travaille quelque temps pour une agence immobilière de Manhattan.

Une jet-setteuse proche des élites 

Rapidement, Ghislaine Maxwell acquiert une bonne position sociale grâce au puissant réseau de sa famille. Elle rencontre Jeffrey Epstein quelques mois après la mort de son père. Ils sortent ensemble et elle l'introduit dans les élites new-yorkaises qu'elle fréquente, raconte le New York Times (article en anglais).

Dans les soirées mondaines, elle côtoie entre autres Harvey Weinstein, Donald Trump, le prince Andrew ou encore Alan Dershowitz, célèbre avocat américain qui a notamment défendu O.J. Simpson. C'est Ghislaine Maxwell qui aurait présenté Jeffrey Epstein à Bill Clinton, à l'époque président des Etats-Unis, avec qui elle entretient des liens étroits. En 2007, elle fait une donation au fonds de campagne présidentielle d'Hillary Clinton, rapporte le Washington Post (en anglais). Elle est également aperçue au mariage de Chelsea Clinton, fille de Bill et Hillary, en 2010. 

Entre deux mondanités, Ghislaine Maxwell s'adonne aussi à la philanthropie : outre une multitude de dîners de charité, elle lance le "projet TerraMar" en 2012 pour la protection des océans. Les paparazzis immortalisent ses nombreuses sorties. En avril 2013, elle est ainsi photographiée aux côtés de Lloyd C. Blankfein, à l'époque grand patron de la banque Goldman Sachs, pour un dîner de gala en faveur du mariage homosexuel. Cette même année, elle pose avec Michael Bloomberg, maire de New York, à une soirée organisée par la marque de chaussures Jimmy Choo. On la retrouve à la soirée des Oscars organisée par Vanity Fair, en 2014, aux côtés du patron de Tesla, Elon Musk. Ses apparitions se font plus éparses à partir de 2016, alors qu'un procès l'oppose, avec Jeffrey Epstein, à Virginia Roberts Giuffre, principale plaignante dans l'affaire de trafic de mineures.

Des liens ambigus avec Jeffrey Epstein

Selon un article du New York Magazine (en anglais), daté de 2002 et consacré à Jeffrey Epstein, l'homme d'affaires et Ghislaine Maxwell auraient commencé à se fréquenter vers la fin des années 1990, la jeune femme voyant en lui un accélérateur de "carrière". A cette relation amoureuse, qui durera quelques années, succède une relation platonique et inébranlable. Dans un portrait de Jeffrey Epstein dressé par Vanity Fair (en anglais) en 2003, le financier parle d'elle comme de sa "meilleure amie."  L'auteure de l'article la décrit aussi comme une "assistante haut de gamme" d'Epstein, qui "semble organiser une grande partie de sa vie". Ghislaine Maxwell gère notamment les rendez-vous de Jeffrey Epstein avec des "professeurs privés de yoga". 

En 2000, elle emménage dans une maison de Manhattan, à quelques pas de chez Jeffrey Epstein. Ce logement a été acheté pour 4,65 millions de dollars par une société anonyme, dont l'adresse est la même que celle des bureaux new-yorkais du millionnaire, indique le New York Times (en anglais)Mais d'autres témoignages laissent à penser que Ghislaine Maxwell allait plus loin qu'une simple gestionnaire d'agenda : selon certaines victimes, la jet-setteuse organisait aussi la vie sexuelle d'Epstein. 

Ainsi, Sarah Ransome, qui a remporté un procès au civil contre Jeffrey Epstein en 2018, a rapporté qu'entre 2006 et 2007, le "couple" lui avait promis de payer ses frais de scolarité en échange de faveurs sexuelles. De son côté, Virginia Roberts Giuffre, qui a intenté une action en justice contre le couple en 2015, raconte avoir été recrutée, à 16 ans, par Ghislaine Maxwell, alors qu'elle travaillait au spa de Mar-a-Lago à Palm Beach (Floride, Etats-Unis). Des documents portés au dossier Giuffre, et publiés par le site The Cut (en anglais), font état de messages "codés" de Ghislaine Maxwell à l'attention de son ex-compagnon. Dans une des notes, destinées "à Jeffrey", on peut lire qu'un homme "t'a trouvé une prof pour t'apprendre à parler russe. Elle a 2x8 ans, elle n'est pas blonde. Les leçons sont gratuites et tu peux avoir la première aujourd'hui si tu appelles". L'action est toujours en cours à l'heure actuelle. 

Dans une déposition effectuée en 2016 en marge de plusieurs plaintes, Ghislaine Maxwell a explicité son travail aux côtés de Jeffrey Epstein. Parmi ses tâches, elle était chargée du recrutement de "nombreuses personnes... tout type de personnes", explique-t-elle. Cette même année, interrogé à son tour sur le rôle de son ex-compagne dans le recrutement d'esclaves sexuelles, Jeffrey Epstein n'avait répondu que "Fifth"  ("cinquième", en anglais), en référence au 5e amendement de la Constitution des Etats-Unis, qui protège contre l'auto-incrimination, indique le Washington Post (en anglais). 

Introuvable depuis 2016

Depuis trois ans, les autorités ne parviennent pas à localiser Ghislaine Maxwell et supposent qu'elle est réfugiée à l'étranger. Plusieurs médias américains affirment que son domicile new-yorkais a été vendu en 2016, toujours par une entreprise domiciliée fiscalement dans les bureaux d'Epstein. En 2017, ses avocats ont précisé à un juge chargé de l'enquête qu'elle vivait à Londres, mais qu'elle n'avait pas d'adresse fixe.

Le 14 août, quatre jours après la mort en prison du financier américain, une autre accusatrice a intenté une action en justice. Jennifer Araoz, âgée de 32 ans, affirme que Jeffrey Epstein l'a agressée sexuellement à plusieurs reprises, lorsqu'elle avait 14 et 15 ans. La jeune femme a porté l'affaire devant la Cour suprême et réclame réparation aux héritiers du financier, ainsi qu'à Ghislaine Maxwell et trois autres femmes dont l'identité n'a pas été révélée. Selon Jennifer Araoz, qui n'a jamais rencontré Ghislaine Maxwell, la Britannique aurait "participé et aidé Epstein à organiser son trafic sexuel", en repérant et en embauchant des jeunes femmes comme "recruteuses".

Depuis le "suicide apparent" de Jeffrey Epstein, ses victimes craignent de ne jamais obtenir justice. L'attorney general en charge de l'affaire, William Barr, a annoncé que les investigations se poursuivront autour des éventuels complices d'Epstein et qu'il "y aura des comptes à rendre"