Cet article date de plus de six ans.

Un avion militaire syrien abattu par la Turquie

Un avion militaire syrien a été abattu ce dimanche par la défense antiaérienne turque alors qu'il bombardait des rebelles qui essayaient de prendre le contrôle d'un poste-frontière dans le nord-ouest de la Syrie. Damas a accusé Ankara "d'agression flagrante". C'est l'incident le plus grave entre les deux pays depuis septembre dernier. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (IDÉ)

C'est l'incident le plus grave entre la Turquie et la Syrie depuis septembre dernier, quand des chasseurs turcs avaient abattu un hélicoptère syrien.

Cette fois-ci, c'est un avion militaire syrien qui a été pris pour cible, alors qu'il pourchassait des rebelles près de Lattaquié, une ville cotière syrienne en proie depuis plusieurs jours à des affrontements pour le contrôle du poste-frontière de Kassab, récemment passé sous contrôle des rebelles islamistes. 

Erdogan félicite l'armée turque

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), "la défense antiaérienne turque a visé un chasseur bombardier syrien alors qu'il frappait des régions dans le nord de la province de Lattaquié (ouest). L'appareil a pris feu avant de s'écraser en territoire syrien ." 

Un deuxième avion, qui avait aussi pénétré à l'intérieur du territoire turc, a rebroussé chemin.

Le Premier mi nistre turc Recep Tayyip Erdogan, hostile au régime de Bachar al-Assad a félicité son armée pour avoir abattu l'avion syrien, et a lancé un avertissement à Damas :

"Notre réponse sera forte si vous violez notre espace aérien." 

"Une agression flagrante " pour la Syrie

Du côté syrien, on y voit une "agression flagrante ", "en soutien aux groupes terroristes ". La Syrie a par ailleurs affirmé que l'avion avait été abattu sur son territoire, et non dans l'espace aérien turc. Le pilote syrien aurait réussi à s'éjecter de l'appareil et à atterrir en parachute du côté syrien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.