Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Turquie : des milliers de Turcs réunis pour la démocratie sur la place Taksim

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Des milliers de Turcs ont envahi la place Taksim à Istanbul, dimanche 24 juillet, pour dire leur rejet des putschistes du 15 juillet mais aussi, parfois, leur inquiétude devant la riposte du pouvoir après le coup d'Etat manqué.
UER
Article rédigé par
France Télévisions

Le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate et laïc) avait appelé à ce rassemblement, ensuite rallié par le parti islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan (AKP). 

Des milliers de Turcs ont envahi la place Taksim à Istanbul, dimanche 24 juillet, pour dire leur rejet des putschistes du 15 juillet mais aussi, parfois, leur inquiétude devant la riposte du pouvoir après le coup d'Etat manqué. Le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate et laïc) avait appelé à ce rassemblement, ensuite rallié par le parti islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan (AKP). C'est la première fois que pouvoir et opposition en appellent ensemble au peuple depuis le putsch raté.

De nombreux portraits d'Atatürk

Dans une mer de drapeaux rouges turcs, certains manifestants ont agité des portraits de Mustapha Kemal Atatürk, le père de la République et la figure tutélaire des militants du CHP. "Nous défendons la république et la démocratie", "La souveraineté appartient au peuple sans conditions", "Non au coup d'état, oui à la démocratie", proclament des pancartes brandies par les personnes présentes. L'hymne national a résonné, en présence 

L'immense esplanade de Taksim est traditionnellement le théâtre des grandes luttes pour la démocratie. Au-delà du rejet des putschistes, de nombreuses personnes semblaient déterminées à exprimer leur inquiétude après l'instauration de l'état d'urgence ainsi que leur opposition au président Erdogan : "Ni le coup, ni le diktat, le pouvoir au peuple !", "La Turquie est laïque et le restera !", "Nous sommes les soldats de Mustafa Kemal".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.