Cet article date de plus d'un an.

Turquie : le mécène Osman Kavala, bête noire d'Erdogan, condamné à la perpétuité

Ses avocats ont fait part de leur intention de faire appel.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une photo d'Osman Kavala, à Istanbul, en Turquie, publiée par le centre culturel andalou le 15 octobre 2021.  (HANDOUT / ANADOLU CULTURE CENTER / AFP)

Le mécène turc Osman Kavala, détenu depuis quatre ans et demi, a été condamné lundi 25 avril à Istanbul à la prison à perpétuité. Dans ses plaidoiries, la défense avait réclamé son acquittement pour manque de preuves et dénoncé l'acharnement du pouvoir. Accusé d'avoir tenté de renverser le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan, Osman Kavala ne pourra bénéficier d'aucune remise de peine, ont précisé les juges dont le verdict, énoncé après moins d'une heure de délibéré. 

Figure de la société civile turque, Osman Kavala, 64 ans, était accusé d'avoir cherché à renverser le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan via le financement des manifestations anti-gouvernementales dites "mouvement de Gezi" en 2013 et lors du coup d'Etat raté de juillet 2016. Il a toujours nié les charges qui pesaient contre lui. Il a été seulement acquitté de l'accusation d'espionnage. Ses avocats ont fait part de leur intention de faire appel.

L'Europe invoque le "respect des droits fondamentaux"

La France a "vivement déploré" cette condamnation et réclamé la "libération immédiate" d'Osman Kavala, par l'intermédiaire de la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Anne-Claire Legendre. "Nous nous attendons à ce qu'Osman Kavala soit libéré immédiatement", a aussi déclaré la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, dans un communiqué, dénonçant un arrêt "en contradiction flagrante avec les normes de l'Etat de droit".

Cette condamnation "témoign(e) d'une sévérité maximale et ignor(e) la décision de la Cour européenne des droits de l'homme", a dénoncé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur Twitter. "Le respect des droits fondamentaux et libertés est aujourd'hui plus important que jamais", a-t-il ajouté.

L'association turque des juristes contemporains (CHD) a appelé les avocats à participer à une veille mardi devant le palais de justice pour protester contre le verdict. "Ce gouvernement, qui s'est abattu sur le pays comme un cauchemar, continue de piétiner le droit", a réagi de son côté le chef du principal parti turc de l'opposition, Kemal Kilicdaroglu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.