Turquie : comment une bouilloire est devenue le symbole des pro-Kurdes

En détention préventive depuis 2016, le candidat du parti pro-kurde HDP, Selahattin Demirtas, a été contraint de faire campagne depuis une cellule de prison. Certains de ses soutiens utilisent parfois cet ustensile ménager en référence à un épisode survenu en septembre dernier.

Accusé d\'activités \"terroristes\", le candidat du parti prokurde HDP Selahattin Demirtas est en détention provisoire depuis 2016.
Accusé d'activités "terroristes", le candidat du parti prokurde HDP Selahattin Demirtas est en détention provisoire depuis 2016. (SELAHATTIN DEMIRTAS / TWITTER)

Alors que les Turcs se pressent aux urnes pour élire leur président et leurs députés, certains d'entre eux utilisent parfois une bouilloire comme symbole de leur opposition au président Recep Tayyip Erdogan, raconte Le HuffPost. Cette image fait référence à un épisode survenu en septembre dernier, quand un message a été posté sur le compte Twitter du candidat pro-kurde du Parti démocratique des peuples (HDP), Selahattin Demirtas.

Les autorités ont alors tiqué, car cet homme est incarcéré depuis 2016 pour des accusations de "terrorisme". Une fouille a aussitôt été menée dans sa cellule, mais les agents n'ont rien trouvé d'autre qu'une bouilloire. Et pour cause : les messages étaient postés sur le réseau social par ses avocats. Ceux-ci ont d'ailleurs raillé la vaine fouille des surveillants de la prison d'Erdine. "Ils ont trouvé une bouilloire, mais ont conclu qu'elle n'était pas en mesure d'envoyer des tweets."

Deux lycéens arrêtés au début du mois de juin

Après cet épisode, des dessins de bouilloire sont apparus sur des murs à Istanbul et dans d'autres villes. L'affaire a été prise au sérieux par les autorités, qui ont même arrêté deux lycéens pour "propagande terroriste" au début du mois de juin. Depuis sa prison, Selahattin Demirtas a repris tardivement le slogan de l'opposition, "tamam" ("assez") avec l'aide de ses avocats, précise France 24 (en anglais). "Il y avait un problème avec la bouilloire, c'est pourquoi je suis en retard."

Le compte du candidat HDP a également repris l'image de la bouilloire à plusieurs reprises durant la campagne.

L'un des facteurs déterminants de ce double scrutin sera précisément le vote de l'électorat kurde. Si le HDP franchit le seuil de 10% des voix permettant d'entrer à l'Assemblée, l'AKP pourrait perdre sa majorité parlementaire. Mais s'il échoue à franchir ce seuil, alors l'AKP récolterait, par redistribution, la plupart de ses voix. Craignant des fraudes, en particulier dans le sud-est à majorité kurde, opposants et ONG ont mobilisé plusieurs centaines de milliers d'observateurs pour surveiller les urnes.