Cet article date de plus de cinq ans.

Turquie : arrestation de deux journalistes accusés de "terrorisme"

Les deux hommes, interpellés jeudi, avaient diffusé une vidéo censée prouver que les services de renseignement turcs livraient des armes à des groupes combattant en Syrie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Can Dündar (au centre), le rédacteur en chef du journal turc "Cumhuriyet", le 26 novembre 2015 avant son audition devant un tribunal d'Istanbul (Turquie). (VEDAT ARIK / CUMHURIYET / AFP)

Deux journalistes d'opposition ont été arrêtés, jeudi 26 novembre, en Turquie, accusés d'avoir aidé des terroristes, selon la chaîne CNN Türk. Le rédacteur en chef du journal Cumhuriyet, Can Dündar, et le correspondant à Ankara, Erdem Gül, avaient diffusé, à la fin mai, une vidéo censée prouver que les services de renseignement turcs livraient des armes à des groupes combattant en Syrie. La vidéo montrait des policiers turcs en train d'ouvrir des caisses, supposées contenir des armes et des munitions, à l'arrière de trois camions appartenant aux services de la Sécurité d'Etat.

"Il va en payer le prix", avait prévenu Erdogan

Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, qui nie soutenir militairement les mouvements jihadistes qui combattent le régime du président Bachar Al-Assad, sa "bête noire", avait personnellement porté plainte contre Can Dündar. Il avait publiquement promis, lors d'un entretien à une chaîne de télévision locale, qu'"il n'en sortira pas comme celaIl va en payer le prix."

A la suite de la publication de la vidéo, un tribunal a ordonné leur arrestation pour appartenance à une organisation terroriste armée et atteinte à la sûreté de l'Etat, rapportent les médias turcs.

Can Dündar a reçu, la semaine dernière à Strasbourg, le prix pour la liberté de la presse de TV5 Monde Reporters sans frontières. Cette organisation de défense de la liberté de la presse a dénoncé dans un communiqué une "persécution politique" à l'égard de ces deux journalistes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.