Procès de Mélina Boughedir pour "terrorisme" : son avocat français affirme que cette mère n'est pas "une combattante"

Maître William Bourdon, avocat de Mélina Boughedir dont le jugement est attendu ce dimanche en Irak, craint un procès inéquitable. 

FRANCEINFO

"J’affirme que si elle a fait le choix le plus absurde et stupide qu’on puisse faire, elle n’est ni une combattante, ni n’a été engagée dans quelques actions opérationnelles que ce soit", a déclaré vendredi 1er juin sur franceinfo Maître William Bourdon, avocat français de Mélina Boughedir qui doit être rejugée dimanche 3 juin à Bagdad, en Irak, pour "terrorisme". Cette mère de quatre enfants a déjà été condamnée à 7 mois de prison pour "entrée illégale sur le territoire irakien".

Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, a qualifié jeudi 31 mai la Française de 27 ans de "combattante", "de terroriste de Daech", ce que Me Bourdon juge "lamentable". "Qu'est ce qu'il en sait", s'est interrogé l'avocat. "Il y a une tendance mondiale face à la menace terroriste :  c’est la fin justifie les moyens, c’est le cynisme, c’est la déshumanisation et c’est plus efficace de brocarder les principes que de les respecter", a-t-il ajouté.

franceinfo : Craignez-vous un procès inéquitable ?

Me William Bourdon : C’est une situation inédite. Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a dit que l’Irak était un Etat de droit. C’est une phrase incroyablement optimiste. Il y a des principes fondamentaux du procès équitable qui doivent être respectés, dont l’accès à un avocat, la possibilité d’accéder au dossier, de rencontrer sa cliente et manifestement ce n’est pas le cas [pour l’avocat irakien de Mélina Boughedir]. Néanmoins, ma cliente a été acquittée [pour terrorisme], pourtant les juges irakiens ne sont pas les juges les plus câlins de la planète. Elle a été acquittée et c’est un nouveau procès qui se tient. Alors j’affirme que si elle a fait le choix le plus absurde et stupide qu’on puisse faire, elle n’est ni une combattante, ni n’a été engagée dans quelques actions opérationnelles que ce soit.

Jean Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, a évoqué Mélina Boughedir en tant que "terroriste de Daech qui a combattu contre l’Irak". Ça vous inspire quoi ?

Ça m’inspire une forme de dégoût. Je trouve lamentable qu’un ministre de la République qui prétend porter des valeurs de gauche tienne ces propos. Dès qu'on se montre d'une intransigeance absolue vis-à-vis des suspects terroristes, l’opinion publique boit vos paroles. On voit bien que la démagogie conduit à fouler au pied un principe qui s’appelle la présomption d’innocence. Qu’est-ce qu’il en sait ? Et si elle avait combattu contre les unités irakiennes, pourquoi les juges irakiens l’ont acquittée ? Il y a une tendance mondiale face à la menace terroriste, c’est la fin justifie les moyens, c’est le cynisme, c’est la déshumanisation et c’est plus efficace de brocarder les principes que de les respecter. On aurait pu espérer que la France porte une parole qui s’écarte de cette espèce de vague nauséabonde qui déferle aujourd’hui sur l’humanité.

Pour vous, ce n'est pas le cas aujourd'hui ?

Malheureusement, ce n’est pas le cas. On ne doit pas oublier l’exigence qui a toujours été celle de la France. Quand il y avait de graves coups de canifs portés au principe du procès équitable, les autorités françaises ont su montrer leur exigence de les voir respecter. Souvenez-vous la Française au Mexique [Florence Cassez]. Eh bien cette parole publique qui consiste à dire qu'il faut que ces femmes soient éliminées judiciairement de quelque façon que ce soit, contribue à totalement démonétiser un certain nombre de principes au moment-même où le courage politique devrait être d’essayer de les protéger. Une des expressions du cynisme de l’expression publique française c’est de tout entreprendre pour que ces femmes ne reviennent pas et d’assumer aussi le fait qu’elles puissent être séparées de tous petits enfants et peut-être même pour l’éternité, et ça aussi c’est une forme de déshumanisation qui est particulièrement insupportable.

Maître William Bourdon, avocat français de Mélina Boughedir
Maître William Bourdon, avocat français de Mélina Boughedir (THOMAS SAMSON / AFP)