Cet article date de plus de sept ans.

Attentat à Istanbul : l'angoisse des passagers en partance pour la Turquie

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Attentat à Istanbul : l'angoisse des passagers en partance pour la Turquie
Attentat à Istanbul : l'angoisse des passagers en partance pour la Turquie Attentat à Istanbul : l'angoisse des passagers en partance pour la Turquie (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 2

Une équipe de France 2 est allée à la rencontre de passagers à l'aéroport de Roissy, en partance pour Istanbul (Turquie). Leur inquiétude est bien visible après les attaques de mardi 28 juin.

Quelques heures après le triple attentat suicide qui a fait au moins 41 morts à l'aéroport d'Istanbul (Turquie), les vols ont déjà repris, même si beaucoup sont retardés ou annulés. À Roissy, ce mercredi 29 juin, des passagers arrivent tout juste d'Istanbul. Et pour certains, le soulagement est immense de retrouver leurs proches. Beaucoup étaient en transit à l'aéroport d'Istanbul-Atatürk, quelques heures seulement après l'attentat. "Quand on est arrivés sur Istanbul, on a vu du monde partout dans l'aéroport. On s'est dit 'qu'est-ce qu'il se passe, ça paraît curieux'. En demandant, on a appris qu'il y avait eu un attentat tout simplement", confie à France 2 un voyageur.

Des passagers anxieux

Au guichet d'embarquement pour Istanbul, l'inquiétude est encore plus vive. L'attentat est dans tous les esprits. "Je suis sûre qu'ils ont renforcé la sécurité depuis hier, mais je ne me sens plus en sécurité dans mon propre pays, c'est ce qui m'inquiète le plus", confie une passagère turque. Un sentiment d'insécurité que certains tentent malgré tout de dépasser. "Si on a peur, on ne fera plus rien et on ne profitera pas de notre voyage. On en a parlé avec les enfants et on s'est dit, 'on y va'. On croise les doigts pour que tout se passe bien", confie une mère de famille. Des passagers anxieux, mais qui n'ont pas voulu reporter leur voyage pour ne pas céder à la peur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.