Vidéo Ultradroite : "Complément d'enquête" sur AFO, une organisation soupçonnée d’avoir préparé des attentats ciblant les musulmans

Publié Mis à jour
Ultradroite : "Complément d'enquête" sur AFO, une organisation d’ultradroite soupçonnée d’avoir préparé des attentats ciblant les musulmans
Article rédigé par
France Télévisions

A la droite de la droite, au moins 3 000 individus sont fichés S, selon le ministère de l’Intérieur. En 2018, des membres du groupe Action des forces opérationnelles (AFO) ont été interpellés par les services antiterroristes. Les policiers les soupçonnaient d’être sur le point de basculer dans l’action violente. "Complément d'enquête" sur l’organisation AFO dans cet extrait d'un numéro sur l'ultradroite, diffusé le 29 avril 2021.

Qui sont ces Français adeptes des stages de survivalisme et désireux de se former au maniement des armes ? Issus de l'ultradroite, certains sont particulièrement surveillés par les services du renseignement. Fichés S, 3 000 d'entre eux représenteraient une menace grave pour la sécurité publique ou la sûreté de l'Etat.

Juin 2018. Les services antiterroristes interpellent une douzaine d’individus. Les enquêteurs les soupçonnent de vouloir commettre des attentats contre des cibles de confession musulmane. Nom de code de cette organisation : AFO, pour Action des forces opérationnelles. "Complément d'enquête" revient sur cette affaire dans un numéro consacré à l'ultradroite, diffusé le 29 avril 2021.

Un collectif au nom guerrier, les Volontaires pour la France

Tout commence avec un collectif au nom guerrier : les VPF, les Volontaires pour la France. "C'est un groupe qui veut s'opposer à l'islamisation, qui cultive un style un peu militaire...", explique le spécialiste de l'extrême droite Nicolas Lebourg. A sa tête, un général en retraite, Antoine Martinez, qui vilipende "une immigration massive, incompatible avec nos valeurs, nos mœurs…" C'est à partir des attentats de 2015 qu'une partie des militants décide de passer à l'action.

Rupture après les attentats de 2015

Selon les enquêteurs, ce changement de stratégie aurait été impulsé par un certain Guy Sibra, un ancien policier. En octobre 2017, il quitte les VPF pour fonder l'AFO, Action des forces opérationnelles. Il est rapidement rejoint par une cinquantaine de personnes. "Ce qui est intéressant chez AFO, c'est que ce sont des gens intégrés socialement. On a dedans beaucoup de fonctionnaires (...), des enseignants", note Nicolas Lebourg.

Autour de Guy Sibra, en effet, gravitent un ingénieur, une sophrologue, un ancien gendarme, un professeur, et même un attaché d'ambassade.... Loin de la violence d'extrême droite en France dans les années 1980 à 2000, qui était plutôt le fait de "gens des classes extrêmement populaires, marginalisés socialement", Nicolas Lebourg voit là "une radicalisation du néo-populisme".

"Radicalisation du néo-populisme"

Guy Sibra, qui conteste tout projet terroriste, n'a pas souhaité répondre à "Complément d'enquête". Quels étaient les objectifs des membres d'AFO ? L'un d'eux a accepté de parler aux journalistes, depuis la fenêtre de son pavillon de banlieue. Avant d'être mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, ce sexagénaire était professeur de mathématiques.

Voici comment il justifie son engagement : "Moi je suis rentré là-dedans parce que j'enseignais à Trappes. Au moment des attentats de Charlie Hebdo, j'avais une classe de terminale, et 95% ont pris parti pour les terroristes. Pendant une heure, je n'ai pas pu faire cours, parce que les élèves me montraient sur leurs téléphones portables les caricatures de Mahomet en me disant 'C'est scandaleux, ils n'ont que ce qu'ils méritent'…"

"Défendre le pays contre la charia"

"Moi, ce que je voulais, poursuit-il, c'est me préparer à défendre mon pays et mes compatriotes contre la charia qui était en train de se mettre en place d'une façon magistrale sur tout le territoire français. Je me préparais à aider la police à repousser les attaques terroristes si par malheur elles devaient arriver."

Extrait de "France : l’ultradroite passe aux actes", un reportage diffusé dans "Complément d'enquête" le 29 avril 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.