À la rencontre d'Abubaker Deghayes, un père dont trois des fils ont rejoint le jihad

L'interdiction de sortie du territoire pour les jihadistes présumés est déjà en vigueur en Grande-Bretagne. France 3 a rencontré à Brighton un père dont trois des fils sont partis combattre en Syrie.

FRANCE 3

Une histoire de famille. Trois des fils d'Abubaker Deghayes, qui vit à Brighton en Angleterre, sont partis en Syrie rejoindre al-Nosra, une branche d'al-Qaïda. Les deux plus jeunes ont été tués.
"Aujourd'hui, seul Amer est encore en vie. Abdullah est mort en premier. Il a été tué dans une grande bataille contre l'armée ennemie d'Assad. Jaffar a pris une balle en pleine tête", raconte le père des trois jihadistes au micro de France 3.
Rencontré par un journaliste anglais sur le front de la Syrie, Amer a entraîné ses deux jeunes frères dans le jihadisme. "Ceux qui veulent aller en Syrie ne doivent pas en parler, même à leur famille", explique Amer.

"Ni des voleurs, ni des criminels"

En Grande-Bretagne, le père, Abubaker, est sous haute surveillance. La police a saisi son passeport. Il ne condamne pas l'action d'al-Nosra, bien au contraire. "En Syrie, les habitants ne disent que du bien d'al-Nosra. Ce ne sont ni des voleurs, ni des criminels", assure-t-il.
La radicalisation de ses trois fils est une histoire de famille. Le frère d'Abubaker, Omar, a été incarcéré six ans à Guantanamo.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le char jihadiste lors du carnaval d\'Alost en Belgique, dimanche 15 février 2015.
Le char jihadiste lors du carnaval d'Alost en Belgique, dimanche 15 février 2015. (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG)