Cet article date de plus de six ans.

À la rencontre d'Abubaker Deghayes, un père dont trois des fils ont rejoint le jihad

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

L'interdiction de sortie du territoire pour les jihadistes présumés est déjà en vigueur en Grande-Bretagne. France 3 a rencontré à Brighton un père dont trois des fils sont partis combattre en Syrie.

Une histoire de famille. Trois des fils d'Abubaker Deghayes, qui vit à Brighton en Angleterre, sont partis en Syrie rejoindre al-Nosra, une branche d'al-Qaïda. Les deux plus jeunes ont été tués.
"Aujourd'hui, seul Amer est encore en vie. Abdullah est mort en premier. Il a été tué dans une grande bataille contre l'armée ennemie d'Assad. Jaffar a pris une balle en pleine tête", raconte le père des trois jihadistes au micro de France 3.
Rencontré par un journaliste anglais sur le front de la Syrie, Amer a entraîné ses deux jeunes frères dans le jihadisme. "Ceux qui veulent aller en Syrie ne doivent pas en parler, même à leur famille", explique Amer.

"Ni des voleurs, ni des criminels"

En Grande-Bretagne, le père, Abubaker, est sous haute surveillance. La police a saisi son passeport. Il ne condamne pas l'action d'al-Nosra, bien au contraire. "En Syrie, les habitants ne disent que du bien d'al-Nosra. Ce ne sont ni des voleurs, ni des criminels", assure-t-il.
La radicalisation de ses trois fils est une histoire de famille. Le frère d'Abubaker, Omar, a été incarcéré six ans à Guantanamo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lutte contre le terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.