Syrie : des frappes aériennes turques contre une zone kurde, les premières depuis 17 mois

"Il s'agit des premiers raids aériens depuis l'opération 'Source de la paix'" lancée en octobre 2019, indique l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat turc, le 26 novembre 2019, près de la ville d'Ain Issa, en Syrie. (BAKR ALKASEM / AFP)

L'aviation turque a mené, samedi 20 mars au soir, des frappes aériennes contre une zone tenue par les milices kurdes dans le nord de la Syrie, les premières depuis 17 mois, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Un avion de combat turc a pris pour cible des positions militaires des forces démocratiques syriennes [FDS, dominées par les kurdes] dans le village de Saida, près de la localité de Aïn Issa", a précisé l'OSDH.

"Il s'agit des premiers raids aériens depuis l'opération 'Source de la paix'" lancée en octobre 2019 par la Turquie et des groupes syriens alliés contre les FDS dans le nord de la Syrie, a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. L'opération, interrompue après deux accords négociés par Ankara avec Washington, puis avec Moscou, avait permis à la Turquie de s'emparer d'une bande frontalière de 120 kilomètres de largeur en territoire syrien et d'une trentaine de kilomètres de profondeur.

Position stratégique

La ville de Aïn Issa et ses environs sont toutefois restés aux mains des forces kurdes. Ces raids interviennent alors que les combats font rage aux abords de cette localité stratégique, selon l'OSDH. "Les affrontements se poursuivent entre les deux camps depuis 24 heures (...) les forces turques ont du mal à avancer tandis que les FDS ont réussi à détruire un char turc", a précisé Rami Abdel Rahmane.

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011 par la répression de manifestations opposés au régime de Damas, s'est complexifié au fil des années, impliquant plusieurs acteurs régionaux et internationaux. La guerre a fait plus de 388 000 morts et des millions de déplacés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.