Daech prépare les esprits à sa défaite militaire

Le dernier message audio du porte-parole de Daech, Abu Mohammed al-Adnani, laisse entrevoir un changement de stratégie de la part du mouvement. Conscient de ses revers sur le terrain, le groupe djihadiste prévient que de toute manière le combat se poursuivra sous une autre forme.


Selon le Washington Post, qui relaie l’info, le style du message a sensiblement changé par rapport à l’habitude. Certes, al-Adnani appelle encore ses sympathisants à frapper des cibles occidentales. Mais le ton défensif du discours reconnaît aussi la fin possible du califat et la perte éventuelle de villes importantes.«Même si nous perdons Raqqa ou Syrte (en Libye), nous ne serons pas vaincus.» Et de poursuivre: «Croyez-vous avoir gagné parce que vous avez tué un ou deux de nos chefs ? C’est une fausse victoire.»
 
Pour Le Monde (article payant), le projet territorial et étatique de l’EI est purement abandonné. «Nous ne combattons pas pour défendre une terre, ni pour la libérer ou la contrôler», déclare le porte-parole de Daech. A son tour, le journal y voit un «aveu de faiblesse inhabituel de la part de l’organisation, qui admet ainsi implicitement un reflux sur les champs de bataille et renonce à son aura d’invincibilité».

Pour autant, le monde n’est pas débarrassé de Daech. Son combat va se renforcer dans les actions de terrorisme pur et dur. Fouad Hussein, le directeur de cabinet du président kurde Massoud Barzani, parle d’une mutation. «L’EI va se transformer d’un Etat terroriste en un mouvement terroriste», précise Fouad Hussein au journal britannique The Independant.
 
D’ailleurs, les attentats suicides ont émaillé tout le mois de mai à Bagdad. Le journal Le Monde parle d’une «surenchère terroriste» et estime que, depuis fin 2015, entre cinquante et cent attentats sont perpétrés chaque mois entre la Syrie et l’Irak.