Cet article date de plus de six ans.

Serge Lazarevic à son arrivée en France : "La vie est belle"

Libéré ce mardi, le dernier otage français dans le monde est arrivé en France ce matin. Il a exprimé sa joie de retrouver la liberté et sa famille. Toutes les infos, réactions et analyses sur cette page.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Serge Lazarevic mercredi matin à son arrivée à Villacoublay, près de Paris © images BFMTV)

8H21 : "Dans l'ensemble ça va. Je suis un peu hypertendu. Je veux revivre un peu, retrouver ma famille, sortir, vivre, aimer."

Serge Lazarevic au micro de Jerôme Jadot : "Maintenant je veux retrouver ma famille"
écouter

8H18 : C'est au tour de Serge Lazarevic de s'exprimer : "Je tiens à remercier le président et tous ceux qui ont oeuvré à ma libération. C'est une expérience particulière que d'être otage. J'avais oublié ce qu'était la liberté. La vie est belle de la retrouver. Quand on est pris, quand on est malmené, quand on est perdu, quand on est au bord de la mort, on pense plus à la vie. Merci à tous et vive la liberté !"

Les mots de Serge Lazarevic à son arrivée : "N'oubliez jamais qu'être un homme libre, c'est faire attention à soi"
écouter

8H12 : Le président de la République prend la parole "M. Lazarevic cela fait trois ans qu'on vous attend. C'est une joie de vous accueillir. C'est pour un président une épreuve que de vivre des prises d'otages, comme pour les français de savoir l'un de leurs compatriotes détenu à l'étranger." Le président a aussi invité les français à la prudence "Je veux lancer un message simple, clair, à tous nos compatriotes qui peuvent se trouver dans des zones à risques: faites en sorte de ne pas aller où vous pouvez être enlevés ",.

François Hollande : "Cela fait trois ans qu'on vous attend"
écouter

8H01 : Serge Lazarevic a choisi de prendre un instant pour retrouver ses proches avant, selon toute vraisemblance, de s'exprimer publiquement aux côtés de François Hollande.

7H54 : La porte de l'avion s'est ouvert sur un Serge Lazarevic amaigri mais souriant. L'ex-otage a salué ses proches présents sur la piste, ainsi que le Président de la République.

7h49 : Serge Lazarevic est de retour en France. Le Falcon 2000 qui transportait l'ex-otage vient de se poser à Villacoublay, près de Paris.

7H03 : Selon notre envoyé spécial à l'aéroport militaire de Villacoublay, Jerôme Jadot, tout est prêt pour accueillir l'ex-otage. Les proches seront bien évidemment là : outre sa fille qui l'accompagne, sa mère et sa soeur seront présentes. Le président de la République et le ministre de la Défense ne devraient pas tarder à arriver.

7H00 : "Je veux remercier le président français et celui du Niger qui est à mes côtés, tous ceux qui ont oeuvré à ma libération. J'ai maigri mais ça va." Ce furent les premiers mots de Serge Lazarevic après sa libération, mardi à Niamey (Niger)

"Je vous remercie tous. Ca va, je suis encore bien" : les premiers mots de Serge Lazarevic
écouter

6h35 : Cette libération aurait été obtenue en échange de la libération de plusieurs prisonniers détenus au Mali et liés à Al-Qaïda au Magreb islamique. Ce qui fait grincer des dents au Mali. Les associations maliennes des droits de l'Homme saluent la libération de Serge Lazarevic. Mais elles s'indignent surtout de celle de quatre prisonniers liés à Al-Qaïda au Maghreb Islamique qui auraient servis selon elle de monnaie d'échange. "S'il faut échanger un terroriste malien contre un otage français cela signifie que le gouvernement ne défend pas les populations" affirme maître Moctar Mariko, président de l'Association Malienne des Droits de l'Homme.

Les associations maliennes des droits de l'Homme inquiètes, le reportage de David Baché
écouter

A LIRE AUSSI ►►►"Des contreparties en échange de la libération de Serge Lazarevic ?"

  6h30 : sur France Info, Laurent Fabius parle "d'une immense joie, d'une satisfaction formidable pour sa famille, pour lui pour nous tous" . Avant d'insister sur le "travail quotidien des services " qui ont permis cette libération. Mais il a refusé d'évoquer d'éventuelles contreparties.

La libération des otages "demande beaucoup de travail avec une règle, la discrétion" (Laurent Fabius)
écouter
A LIRE AUSSI ►►► "Je suis heureux d'être libre" : les premiers mots de Serge Lazarevic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.