"Les candidats d'opposition ont été évincés" : en Russie, l'organisation des élections locales verrouillée par le Kremlin

Les observateurs indépendants s'attendent à des fraudes notamment à cause de l'utilisation du vote électronique.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Vladimir Poutine et Sergei Sobyanin, maire de Moscou, le 17 août 2023. (KRISTINA KORMILITSYNA / POOL)

En Russie, on vote à partir de vendredi 8 septembre jusqu'à dimanche, pour renouveler une vingtaine de postes de gouverneurs de régions (au total 21 : 18 en Russie et trois dans les régions ukrainiennes occupées), une quinzaine de parlements régionaux et les maires de 12 grandes villes dont Moscou. Un peu plus d'un tiers des Russes sont appelés aux urnes.

Des élections locales qui ressemblent à une répétition générale avant la présidentielle de mars 2024. Le scrutin paraît totalement verrouillé, et rien ou presque ne devrait échapper au parti au pouvoir. 

>> Paris 2024 : "Il ne peut pas y avoir le drapeau russe aux Jeux", déclare Emmanuel Macron

Il y a cinq ans lors de ces mêmes élections, le parti de Vladimir Poutine, Russie Unie, avait perdu quatre postes de gouverneur en région, sur fond de grogne contre une réforme des retraites.

Mais ce scénario n'a aucune chance de se reproduire dans la Russie de 2023, où les opposants n'ont même pas pu se présenter explique l'ancien rédacteur en chef de la radio Echo de Moscou, Sergey Buntman : "Les candidats d'opposition ont été évincés à des étapes de la présentation des documents, de la collecte des signatures. Maintenant, tout est un peu, je dirais, 'biélorusse'. Et comme ces élections sont une sorte de répétition pour l'élection présidentielle, ils veulent une unité parfaite qui pourrait atteindre plus de 80 %".

La transparence des élections en question

La présidentielle de l'année prochaine est effectivement dans tous les esprits. Et les rares observateurs indépendants s'attendent de nouveau à des fraudes, renforcées par l'utilisation de plus en plus fréquente du vote électronique, constate Stanislav Andreichuk de l'ONG Golos : "La société a peu de contrôle sur le vote en ligne. C'est une sorte de boîte noire. Personne n'en a montré le code. Personne n'a pu le vérifier. Il s'agit donc bien entendu d'un facteur très important qui affecte la transparence des élections". 

À Moscou, où on élit le maire de la ville, Vladimir Poutine votera en ligne, a annoncé le Kremlin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.