DIRECT. Vladimir Poutine réaffirme son soutien à l'armée syrienne dans son combat contre les "menaces terroristes"

Cette entrevue, lors de laquelle les deux chefs d'Etat doivent aborder des sujets comme l'Ukraine, la Syrie ou l'Iran, est aussi une façon pour le président français de prendre le leadership sur la scène internationale.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Un tête-à-tête au sommet. Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine, lundi 19 août, au fort de Brégançon (Var), le lieu de villégiature du président français. Un entretien qui est censé pallier l'absence de Moscou au sommet du G7, le week-end prochain à Biarritz.

 Emmanuel Macron plaide pour "réinventer une architecture de sécurité et de confiance". Le chef de l'Etat a milité pour un rapprochement entre l'Union européenne et la Russie, appelant à retrouver la "confiance" dans un ordre international en "recomposition"

Vladimir Poutine attendu à 17 heures. Le maître du Kremlin est attendu vers 17 heures au fort de Brégançon. La résidence d'été du chef de l'Etat français a été placée sous haute surveillance. Des dizaines de gendarmes en sécurisent les accès et deux vedettes de la Marine nationale patrouillent au large. Après l'arrivée de Vladimir Poutine, les deux hommes doivent faire une déclaration conjointe à la presse avant leur entretien, qui sera suivi d'un dîner.

Des relations tendues mais ininterrompues. En contact régulier au téléphone, les deux hommes se sont déjà vus plusieurs fois en tête-à-tête : à Versailles en mai 2017, à Saint-Petersbourg en 2018, ainsi que lors de chaque G20. Leurs relations sont moins dégradées que sous la présidence Hollande, malgré les nombreux points de désaccords publiquement exprimés de part et d'autre : répression des homosexuels en Tchétchénie, ingérence des médias russes dans la campagne de 2017, passe d'armes sur l'usage excessif de la force utilisée dans les manifestations...

Une "realpolitik" assumée. Avec cette rencontre, Paris cherche des terrains d'entente avec la puissance russe. "On ne fait de politique qu'avec des réalités", souligne l'Elysée, citant de Gaulle. Emmanuel Macron a pour objectif d'arrimer Vladimir Poutine dans le multilatéralisme du prochain sommet du G7, dont est exclue la Russie depuis 2014 et l'annexion de la Crimée. Pour le président français, cette entrevue est également une tentative de prendre le leadership européen en matière de politique étrangère.

Ukraine, Syrie et Iran au menu des discussions. Parmi les sujets abordés figurera l'Ukraine, où le processus de paix est enlisé. Concernant la Syrie, Emmanuel Macron devrait à nouveau demander à Moscou d'user de son influence sur Damas pour cesser l'offensive du régime syrien sur les rebelles à Idleb. Enfin, sur la question iranienne, Emmanuel Macron voudrait obtenir de son invité qu'il enjoigne Téhéran de respecter ses obligations de ne pas enrichir d'uranium, afin de sauver l'accord nucléaire, torpillé par le retrait américain.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POUTINE

20h07 : Il est 20 heures, que retenir de l'actualité :

• Emmanuel Macron a reçu Vladimir Poutine au fort de Brégançon. Le président russe a affirmé qu'il ne "voulait pas d'une situation telle que celle des 'gilets jaunes'", en réponse à une question sur les manifestations à Moscou.

• Au lendemain de la découverte du corps du randonneur français dans un ravin en Italie, la polémique enfle autour du numéro d'urgence qui ne géolocalise pas les appels. Les détails dans notre article.

• L'Ariège a été placée en vigilance orange pluie-inondation. Il pourrait tomber 50 à 80 mm de pluie sur le relief pyrénéen en seulement quelques heures. Le début du phénomène météorologique est prévu pour minuit.

• Dans l'Ain, une famille a porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui dans l'affaire dite des bébés sans bras, a indiqué leur avocat. Leur fils est né en 2012 avec une agénésie transverse du membre supérieur (AMTS).

20h03 : Bonsoir @anonyme A franceinfo, nous avons parlé de ces onze morts. Nous avons même donné la parole aux familles des victimes dans cet article. Le service de Checknews de Libération a également consacré un article à ces onze morts, tout comme Le Point, TF1 ou encore 20minutes. Bonne lecture et bonne soirée.

20h01 : @anonyme Les médias ne parlent jamais de ces onze décès imputés aux "gilets jaunes", préférant au contraire s’apitoyer sur le sort des "gilets jaunes" avec un œil perdu ici et là...

18h54 : En février, nous avions retrouvé des familles des victimes du mouvement des "gilets jaunes". "Je suis très très en colère", nous avait déclaré Nadia Buège. Cette mère de deux enfants, sans emploi et âgée de 48 ans, a perdu son fils, Thibaut, dans la nuit du 1er au 2 décembre. Le jeune homme de 27 ans, qui était à la fois intérimaire et en CDI à temps partiel chez un traiteur, revenait d'une prestation chez des clients à Aubagne (Bouches-du-Rhône), lorsque sa camionnette s'est encastrée dans un camion bloqué par un barrage des "gilets jaunes", à hauteur de Raphèle-lès-Arles, près d'Arles.

18h47 : @Curieuse :) @anonyme @Nicolas Bonsoir, Vladimir Poutine a effectivement parlé tout à l'heure de onze morts survenus lors de manifestations des "gilets jaunes". Emmanuel Macron avait mentionné ce chiffre, en janvier. Onze personnes sont mortes lors de manifestations de "gilets jaunes", la plupart du temps dans des accidents de la route provoqués, directement ou indirectement, par les blocages des ronds-points.

18h50 : Il y a eu 11 morts pendant les "gilets jaunes" ?

18h53 : Bonjour, à quoi Vladimir Poutine fait-il référence quand il parle de 11 morts lors de manifestations des "gilets jaunes" ?

18h53 : D'où Poutine sort-il ce chiffre s'il vous plaît, merci.

18h30 : Voici, en vidéo, la passe d'armes entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron sur les manifestations en Russie et les "gilets jaunes" en France.

(FRANCEINFO)

18h16 : 18 heures. Faisons un point sur l'actualité :

Emmanuel Macron a reçu Vladimir Poutine en fin d'après-midi au fort de Brégançon. Lors d'une conférence de presse conjointe, Vladimir Poutine a affirmé qu'il ne "voulait pas d'une situation telle que celle des 'gilets jaunes'", en réponse à une question sur les manifestations à Moscou.


• Le corps du randonneur français Simon Gautier a été retrouvé dans un ravin, en Italie, neuf jours après sa disparition. L'autopsie doit déterminer le moment et les conditions de sa mort.

L'Ariège a été placée en vigilance orange pluie-inondation. Le début du phénomène météorologique est prévu pour minuit.


• Une famille de l'Ain a porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui dans l'affaire dite des bébés sans bras, a indiqué leur avocat. Leur fils est né en 2012 avec une agénésie transverse du membre supérieur (AMTS).

18h21 : "Il n'y a pas qu'en Russie qu'il y a des problèmes de ce type. Ce n'est pas très commode de le dire ici, mais il y a eu des manifestations de gilets jaunes ici où onze personnes sont mortes. Nous ne voulons pas que ça arrive en Russie."

18h04 : Interrogé sur les vagues d'arrestations d'opposants politiques en marge des manifestations à Moscou, le président russe assure : "les citoyens ont le droit de manifester en paix et les autorités doivent veiller à cela, mais les manifestants n'ont pas le droit d'enfreindre la loi et d'affronter les forces de l'ordre. Tout ceux qui sont responsables de ce désordre devront assumer leurs actes."

18h03 : "Il n'y a pas eu de menace qui s'est présentée sur place. Il n'y a pas de risque de contamination", a répondu Vladmir Poutine après une question d'une journaliste sur l'accident nucléaire survenu en Russie.

17h51 : A Idleb, "la Russie soutient l'armée syrienne" contre les "terroristes", affirme Vladimir Poutine en réponse à Emmanuel Macron.

17h47 : Emmanuel Macron se rendra à Moscou en mai 2020 pour le 75e anniversaire de la victoire de l'URSS sur l'Allemagne nazie, annonce Vladimir Poutine.

17h40 : "La France est un de nos partenaires clé sur le territoire européen, et ce depuis la lutte contre le nazisme."

17h39 : "La France et la Russie sont liées sur le plan de la culture depuis longtemps (...) Il y a plus de 500 entreprises françaises qui travaillent en Russie."

17h40 : "Nous allons parler de l'Ukraine, du Donbass. Il y a des choses qui sont dignes d'être discutées et qui provoquent un certain optimisme."

17h31 : L'ombre et la lumière...Si seulement ce n'était pas que du vent

17h31 : "Emmanuel Macron a eu la gentillesse de mettre à l'ombre l'ensemble de notre délégation, tandis que la sienne est dans la lumière donc nous allons aller vite."



17h30 : "Je remercie le président Macron pour son invitation dans cette très belle résidence."

17h29 : Emmanuel Macron souhaite un sommet à quatre sur l'Ukraine "dans les prochaines semaines" avec l'Allemagne, la Russie, l'Ukraine et la France.

17h26 : "Il est impérieux que le cessez-le-feu soit respecté à Idleb."

17h26 : "Nous allons également échanger sur la Syrie (...). Je dois bien le dire, notre préoccupation est profonde sur la situation à Idleb, où les civils vivent aujourd'hui sous les bombardements. Où les attaques menées par le régime conduisent à la mort de civils."

17h22 : "Nous parlerons de l'Ukraine, évidemment, où les choix faits par le président Zelensky ont changé la donne."

17h19 : "Je suis très heureux d'accueillir le président Poutine et je voudrais le remercier pour sa présence à Brégançon."

17h18 : Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se serrent la main au fort de Brégançon. Regardez la conférence de presse des deux chefs d'Etat dans notre direct.


17h03 : L'hélicoptère de Vladimir Poutine vient de se poser au fort de Brégançon.

16h55 : Vladimir Poutine doit arriver d'une minute à l'autre au fort de Brégançon pour rencontrer Emmanuel Macron. Vous pouvez suivre l'édition spéciale de franceinfo ici.

15h07 : Pourquoi Vladimir Poutine est-il reçu par Emmanuel Macron en amont du G7, dont la Russie est écartée pour avoir annexé la Crimée ? Nous vous expliquons les raisons de cette rencontre qui n'a en réalité rien d'informel.




(STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

15h04 : On en sait un peu plus sur le déroulé de la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine au fort de Brégançon. Le président russe doit arriver sur place à 17 heures et tenir, dans la foulée, une conférence de presse aux côtés de son homologue français. Nous la suivrons évidemment en direct.