Vladimir Poutine vante les nouvelles armes "invincibles" de la Russie face aux Etats-Unis

Dans un discours très offensif devant le Parlement, le président russe a indiqué répondre à la nouvelle doctrine militaire des Etats-Unis, qui souhaitent se doter de nouvelles armes nucléaires de faible puissance.

Vladimir Poutine à Moscou, le 29 novembre 2017.
Vladimir Poutine à Moscou, le 29 novembre 2017. (YURI KADOBNOV / AFP)

Comme un parfum de guerre froide. Vladimir Poutine a vanté, jeudi 1er mars, les nouvelles armes "invincibles", hypersoniques ou sous-marines, développées par la Russie face aux nouvelles menaces posées par les Etats-Unis. Des déclarations analysées comme une volonté du président russe de lancer une nouvelle course aux armements avec Washington.

A deux semaines d'une présidentielle qu'il est sûr de remporter faute d'opposition réelle, Vladimir Poutine s'est montré très offensif dans son adresse annuelle devant le Parlement. Après avoir promis des mesures pour lutter contre le cancer, améliorer le réseau routier ou créer des places en crèches, le chef de l'Etat russe a énuméré pendant près d'une heure les dernières armes de haute technologie de la Russie avec images de synthèse, infographies et vidéos.

Une réponse à la nouvelle doctrine américaine

Le président a ainsi présenté des nouveaux types de missiles de croisière avec une "portée illimitée" ou hypersoniques, des mini-submersibles à propulsion nucléaire ou encore une arme laser "dont il est trop tôt pour évoquer les détails". Ces nouvelles armes, a-t-il expliqué, répondent à l'activité militaire des Etats-Unis, qui veulent déployer leurs boucliers antimissiles en Europe de l'Est et Corée du Sud et qui viennent d'adopter une nouvelle doctrine militaire visant à doter la première puissance mondiale de nouvelles armes nucléaires de faible puissance.

Si Vladimir Poutine a assuré ne "menacer personne" et ne pas prévoir d'"utiliser ce potentiel de façon offensive", ses propos donnent une tonalité militariste au climat de guerre froide qui ne cesse de s'aggraver entre Moscou et Washington malgré les promesses de réconciliation de Donald Trump. Avec sa victoire programmée lors de la présidentielle, Vladimir Poutine pourrait être aux commandes de la Russie jusqu'en 2024.