Mort de Mikhaïl Gorbatchev : "C'est un symbole de l'élan vers la liberté et du monde équilibré", salue Vladimir Fédorovski

Le dernier président de l'URSS est mort mardi à 91 ans. Son ancien conseiller diplomatique, estime que Mikhaïl Gorbatchev était "un homme d'une modernité qui cherchait l'équilibre des intérêts".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le dernier dirigeant soviétique, Mikhail Gorbachev, s'exprime lors d'uneconférence de presse à Moscou, le 21 février 2011. (ANDREY SMIRNOV / AFP)

"C'est un symbole de l'élan vers la liberté et du monde équilibré", a salué mardi 30 août sur franceinfo l'écrivain Vladimir Fédorovski, ancien conseiller diplomatique de Mikhaïl Gorbatchev pendant la période de la Glasnost, après la mort à 91 ans de l'ancien président de l'URSS. "Mikhaïl Gorbatchev cherchait l'équilibre des intérêts, essayait de nous éloigner du monde basé sur la force, souligne Vladimir Fédorovski. Il était triste de voir le monde placé si près de l'abime."

>> Suivez notre direct sur la mort de Mikhaïl Gorbatchev

Que représente la mort de Mikhaïl Gorbatchev aujourd'hui dans la Russie de Vladimir Poutine ?

Vladimir Fédorovski : C'est la fin d'une époque. C'est une grande époque qui se termine. C'est un symbole de l'élan vers la liberté et du monde équilibré. Aujourd'hui, on est dans le monde de tous les dangers et de la rupture définitive entre l'Occident et la Russie. Récemment, Gorbatchev a dit que l'on n'a jamais été si près de la guerre mondiale. Je partage son avis. Il restera certainement un symbole d'une grande lucidité intellectuelle.

En quoi était-il différent de tous les autres anciens dirigeants de l'Union soviétique, puis de la Russie ?

C'est un homme d'une modernité qui cherchait l'équilibre des intérêts, qui essayait de nous éloigner du monde basé sur la force. Celui qui est le vrai fossoyeur de la guerre froide. Je pense que ce sera un géant de la politique du XXe siècle, même s'il est haït aujourd'hui en Russie.

"Il était vénéré autrefois par les Occidentaux, et les Russes ne pardonnent jamais le fait qu'il a cru à la sincérité de l'Occident autrefois. Tout cela a engendré les crises terribles et c'est l'origine de la crise actuelle."

Vladimir Fédorovski, ancien conseiller diplomatique de Mikhaïl Gorbatchev

à franceinfo

Que pensait-il de l'évolution de la situation actuelle avec Vladimir Poutine ?

Gorbatchev était triste de voir le monde placé si près de l'abime. Détrompez-vous, dans son monde d'aujourd'hui, tout le monde porte ses responsabilités. Il était à la recherche des intérêts réciproques. Il voulait sortir des crises. Qui parle aujourd'hui de prendre en compte les intérêts réciproques ? Les gens sont têtus. Gorbatchev a distingué la propagande de la politique réelle. Aujourd'hui, on assiste de tous les côtés à un mélange des genres entre politique réelle et propagande. Cela a donné de l'espoir dans tous les domaines, et cela a donné un élan extraordinaire de changement dans le monde, et de changement pour la Russie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.