VIDEO. Report de la livraison du Mistral à la Russie : le décryptage d'Alban Mikoczy

Le journaliste de France 2 revient sur l'annonce de la France de reporter "jusqu'à nouvel ordre" la livraison du navire militaire à Moscou.

France 2

Si la Russie évoque des poursuites judiciaires suite à l'annonce de Paris de reporter sine die la livraison du Mistral, elle lui laisse un peu de répit. "C'est une réaction extrêmement mesurée, presque une surprise. Le président de la commission des Affaires étrangères a dit que 'la Russie n'avait pas intérêt à aggraver encore ses relations avec la France', et qu'elle patienterait encore un peu", assure Alban Mikoczy.

Le journaliste de France 2 explique la sagesse de Moscou tout simplement : "Ce contrat n'est pas un cadeau fait à la France. La Russie a réellement besoin de ces bateaux". "La marine russe, c’est 150 000 hommes, mais un seul porte-avions et aucun porte-hélicoptères. En 2008, lors du conflit en Géorgie, cette absence avait été rédhibitoire pour une armée aussi moderne que l'armée russe", précise Alban Mikoczy.

"La dernière fois"

Pourquoi les Russes ne construisent-ils pas leur propre bateau ? Cela prendrait trois ou quatre ans, ce qui explique que la "grande Russie a encore besoin de la France". "La dernière fois", affirme Alban Mikoczy, qui cite le Kremlin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le \"Vladivostok\", l\'un des deux navire de guerre Mistral commandés par la Russie à la France, photographié ici en mars 2014 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).
Le "Vladivostok", l'un des deux navire de guerre Mistral commandés par la Russie à la France, photographié ici en mars 2014 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). (FRANK PERRY / AFP)