Sommet du G7 : les dirigeants européens unanimes contre un retour de la Russie

Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May et Giuseppe Conte ont tout de même évoqué "la possibilité d'établir un dialogue".

Les dirigeants du G7 sont réunis à La Malbaie, au Canada, le 8 juin 2018.
Les dirigeants du G7 sont réunis à La Malbaie, au Canada, le 8 juin 2018. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

La demande avait été formulée par Donald Trump. Les quatre pays européens présents au G7, la France, l'Italie, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, sont tombés d'accord vendredi 8 juin pour refuser le retour dans le cénacle de la Russie, écartée en 2014 après l'annexion de la Crimée. 

Les dirigeants Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May et Giuseppe Conte, réunis juste avant le début du sommet au Canada à l'initiative du président français, ont convenu que "la position européenne n'est pas un retour de la Russie" tout en rappelant la "vigilance du G7" face à Moscou et en évoquant "la possibilité d'établir un dialogue", selon les conseillers d'Emmanuel Macron.

Dans l'attente "que la Russie change de comportement"

"Avant que des conversations ne commencent sur ce sujet, nous devons être certains que la Russie change de comportement et emprunte une nouvelle voie", a également déclaré la Première ministre britannique, Theresa May, sur la chaîne Sky News. La mention de la possibilité d'un "dialogue" avec Moscou est une concession faite à Rome, le nouveau président du conseil italien ayant affirmé plus tôt sur Twitter être favorable au retour de la Russie dans le groupe.