Cet article date de plus de deux ans.

Etats-Unis : Washington expulse douze diplomates russes à l'ONU accusés d'espionnage

Les Etats-Unis assurent que cette mesure était en préparation "depuis plusieurs mois".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU au sujet de l'invasion russe en Ukraine, lundi 28 février 2022 à New York (Etats-Unis). (MICHAEL M. SANTIAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une tension diplomatique supplémentaire dans un contexte déjà explosif. En pleine crise ouverte avec la Russie au sujet de l'Ukraine, les Etats-Unis ont décidé, lundi 28 février, d'expulser pour "espionnage" douze membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU. Moscou a aussitôt dénoncé une "démarche hostile".

>> Guerre en Ukraine : suivez l'évolution de la situation en direct

"Les Etats-Unis ont informé les Nations unies et la mission permanente de la Russie à l'ONU que nous entamions le processus d'expulsion de douze agents de renseignement de la mission russe qui ont abusé" de leur statut diplomatique aux Etats-Unis "en s'adonnant à des activités d'espionnage contraires à notre sécurité nationale", a confirmé la mission diplomatique américaine à l'ONU.

Des motivations encore floues

La porte-parole de cette mission a assuré que cette mesure était en préparation "depuis plusieurs mois", semblant vouloir la distinguer de la riposte américaine à l'invasion russe de l'Ukraine. Le camp américain n'a pour l'heure pas dévoilé les motivations de cette décision.

"C'est une démarche hostile contre notre pays", a réagi l'ambassadeur russe aux Etats-Unis, Anatoli Antonov, dans un communiqué publié sur Facebook, en ajoutant que cet acte de l'administration américaine suscitait une "déception profonde et un rejet absolu" à Moscou. Une source diplomatique russe a précisé à l'AFP que la décision d'expulsion ne concernait ni l'ambassadeur russe à l'ONU ni ses deux adjoints principaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.