"C'est complètement injuste" : des artistes russes attendent toujours leurs visas pour pouvoir se produire au festival Off d’Avignon

Une centaine d’artistes russes et leurs encadrants sont bloqués dans leur pays et attendent pour se produire au festival d’Avignon. Ils continuent malgré tout de répéter dans l’espoir d’un départ prochain.

Article rédigé par
Claude Bruillot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un panneau d'affichage pour le festival Off d'Avignon, qui se teint du 7 au 31 juillet 2021. Photo d'illustration. (REY JEROME / MAXPPP)

Ekaterina Dar, l'une des cinq comédiennes du cabaret Les Trois sœurs de Tchekhov, continue de répéter dans un sous-sol d'immeuble comme si de rien n'était. Pourtant, comme une centaine d’autres artistes russes et leurs encadrants, qui attendent toujours désespérément leurs visas, elle ne peut pas se produire au festival Off d'Avignon dans le cadre des Saisons russes.

Ces artistes sont victimes des restrictions en France et de la situation sanitaire très dégradée en Russie, notamment à Moscou. "Le problème avec l'administration, c'est qu'elle ne dit jamais rien, explique Bruno Niver, le metteur en scène à Moscou du cabaret Les Trois sœurs de Tchekhov. L'argument principal était qu'il y avait trop de monde. Chaque théâtre a réduit et maintenant il y a moins de participants. C'est complètement injuste. On ne comprend pas pourquoi on ne peut pas y aller. Il n'y a pas de raison.”

"Nous gardons espoir"

Une situation d’autant plus problématique que 2021 est sensée développer la coopération décentralisée franco-russe, sous l’égide du ministère des Affaires étrangères. Malgré tout, le metteur en scène et ses actrices, à l'image de Tatiana Paramonova, croient pouvoir encore rejoindre Avignon dans les prochains jours : "Continuons à travailler, même si demain on nous dit d'attendre encore un petit peu. Nous sommes dans notre espoir d'apporter ce que nous avons créé aux spectateurs."

Ce sont au total près de 100 personnes, dont les artistes du théâtre Romen de Moscou et leur spectacle La lampe verte, eux aussi, faute de visa, qui s'accrochent à leurs répétitions et se disent même prêts à respecter une quarantaine sur place dans l'espoir de partir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.