Russie : les organisations de l'opposant Alexeï Navalny classées "extrémistes" par la justice

"On ne reculera pas devant nos objectifs et nos idées", a réagi mercredi le principal opposant au Kremlin après la décision de la justice russe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'opposant politique russe Alexeï Navalny, le 24 jun 2019, lors d'une audience à Moscou (Russie). (VASILY MAXIMOV / AFP)

Nouvel épisode dans la bataille entre Alexeï Navalny et les autorités russes. La justice a désigné, mercredi 9 juin, comme "extrémistes" les organisations de l'opposant au Kremlin emprisonné depuis début février.

Cette qualification de la justice russe permet aux autorités la liquidation des organisations de l'opposant, et offre de nouveaux moyens de répression envers ses partisans à l'approche des législatives de septembre  le président Vladimir Poutine a récemment promulgué une loi interdisant aux collaborateurs d'organisations "extrémistes" de participer aux élections.

Navalny ne "reculera pas"

"On se débrouillera, on évoluera, on s'adaptera. Mais on ne reculera pas devant nos objectifs et nos idées. C'est notre pays et nous n'en avons pas d'autre", a réagi mercredi Alexeï Navalny sur son compte Instagram après l'annonce du jugement.

"Il a été reconnu que ces organisations, non seulement diffusaient volontairement des informations incitant à la haine et à l'hostilité envers les représentants du pouvoir, mais commettaient également des crimes et délits extrémistes", a déclaré aux journalistes un représentant du parquet, Alexeï Jafiarov, après l'annonce de la décision.

Ce jugement vise notamment le Fonds de lutte contre la corruption (FBK), connu pour ses enquêtes retentissantes sur le train de vie et les malversations des élites russes, et les bureaux régionaux du principal opposant au Kremlin, qui s'occupent d'organiser les manifestations et des campagnes électorales.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alexeï Navalny

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.