Cet article date de plus d'un an.

Vidéo "Hasta la vista, baby" : Boris Johnson fait ses adieux au Parlement en tant que Premier ministre du Royaume-Uni

Deux semaines après sa démission, et dans l'attente de la désignation de son successeur, le chef du gouvernement a pris une dernière fois la parole à Westminster.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Boris Johnson répond à d'ultimes interpellations lors de la séance de questions au gouvernement, le 20 juillet 2022, au Parlement à Londres (Royaume-Uni). (PRU / AFP)

Une page se tourne au Royaume-Uni. Le Premier ministre démissionnaire, Boris Johnson, a participé à sa dernière séance de questions à la Chambre des communes avant de redevenir simple député, mercredi 20 juillet, à Londres. Estimant avoir "largement accompli" sa mission, il a remercié tous ses "amis et collègues" parlementaires et a conclu son discours sur un "Hasta la vista, baby", reprenant les mots d'Arnold Schwarzenegger dans le film Terminator 2 : Le Jugement dernier. Il a alors quitté la salle sous les applaudissements de son camp.

Mardi, Boris Johnson avait dirigé son ultime Conseil des ministres avant les congés d'été. Le nom de son ou de sa successeur(e) doit être annoncé le 5 septembre, au terme d'une procédure de vote interne au Parti conservateur. Les deux finalistes dans la course à la tête du parti doivent être désignés mercredi après-midi par les députés conservateurs, lors d'un quatrième vote devant départager l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak, la secrétaire d'Etat au Commerce international, Penny Mordaunt, et la cheffe de la diplomatie, Liz Truss.

Dans son discours d'adieux, Boris Johnson a adressé quelques "conseils" à son futur successeur : "Reste proche des Américains, défend les Ukrainiens, défend la liberté et la démocratie partout, baisse les impôts et dérégule où tu peux pour faire de cet endroit le meilleur où vivre et investir – ce qu'il est déjà – (…) concentre-toi sur la route, mais pense toujours à surveiller le rétroviseur, et, surtout, rappelle-toi que ce n'est pas Twitter qui compte, ce sont les gens qui nous ont envoyés ici."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.