Une mannequin de 20 ans enlevée pour être vendue aux enchères sur le "dark web"

La jeune Britannique a été kidnappée alors qu'elle croyait se rendre à une séance photo organisée par son agent.

Une mannequin britannique a été séquestrée pendant plusieurs jours dans cette maison du nord-ouest de l\'Italie, début juillet 2017.
Une mannequin britannique a été séquestrée pendant plusieurs jours dans cette maison du nord-ouest de l'Italie, début juillet 2017. (HANDOUT / POLIZIA DI STATO / AFP)

Enlevée, droguée et menottée. De retour à Londres, au Royaume-Uni, après sa captivité à Turin, en Italie, Chloe Ayling, une mannequin de 20 ans, a raconté son enfer à la presse britannique et transalpine. La Britannique a été kidnappée à Milan le 11 juillet, alors qu'elle croyait se rendre à une séance photo organisée par son agent. Lukasz Pawel Herba, un Polonais de 30 ans qui revendique son appartenance à un gang spécialisé dans le trafic d'êtres humains, le "Black Death Group" ("groupe de la mort noire"), lui a alors injecté de la kétamine, un puissant analgésique.

"Une personne portant des gants noirs est arrivée derrière moi, a mis une main sur ma nuque et l'autre sur ma bouche, tandis qu'une deuxième personne vêtue d'une cagoule noire m'a injecté [un produit] dans le bras droit", a raconté Chloe Ayling au quotidien transalpin Corriere della Sera (lien en italien).

Menottée pendant plusieurs jours

Les deux agresseurs l'auraient alors déshabillée et photographiée avant de la transporter, dans le coffre d'une voiture, de Milan vers une maison de campagne située dans le village de Borgial, dans la région du Piémont (Nord-Ouest). "Je crois que j'ai perdu conscience. Quand je me suis réveillée, [...] j'ai compris que j'étais dans le coffre d'une voiture", explique aussi la mannequin. Elle serait restée menottée dans la maison plusieurs jours.

Selon la police, l'homme a ensuite contacté l'agent de Chloe Ayling et lui a réclamé une rançon de 300 000 dollars (un peu moins de 255 000 euros), sous peine de la vendre aux enchères sur le dark web, rapporte le Telegraph (lien en anglais). Les hommes se seraient ravisés après avoir appris que la jeune femme était mère d'un enfant. Or, selon le code de conduite du gang, une mère ne peut être vendue, précise le Telegraph. Ils l'ont alors déposée devant le consulat britannique de Milan le 17 juillet, lui demandant de payer une rançon de 50 000 dollars (un peu plus de 40 000 euros) dans le mois et de ne pas chercher à mener une enquête sur son enlèvement.

Un ravisseur "très dangereux"

"J'ai craint pour ma vie", a confié la mère de famille au Britain's Daily Telegraph Newspaper (lien en anglais). Lukasz Herba, a été arrêté peu de temps après avoir libéré sa victime, comme l'annonce la police sur Twitter. Il a été décrit comme " très dangereux" par le procureur adjoint de Milan, Paolo Storari. La police italienne est toujours à la recherche de possibles complices plusierus semaines après le rapt.