Cet article date de plus d'un an.

Royaume-Uni : Charles III, le souverain mal-aimé

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Royaume-Uni : Charles III, le souverain mal-aimé
Royaume-Uni : Charles III, le souverain mal-aimé Royaume-Uni : Charles III, le souverain mal-aimé (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - M. Septembre, C. Madini, L. Soudre, E. Picard
France Télévisions
franceinfo
Alors qu'il sera couronné roi le 6 mai prochain, Charles III, ne fait toujours pas l'unanimité auprès du peuple britannique qui a encore du mal à faire le deuil de sa défunte mère, la reine Elizabeth II.

Adoré par certains et accueilli à bras ouverts. Hué par d’autres, qui n’hésitent pas à lui lancer des œufs. La couronne n’a jamais été aussi proche pour Charles III, mais après 70 ans passés dans l’ombre d’une mère aimée de tous, les cœurs des Britanniques semblent pourtant loin de lui être acquis. Dans les rues de Londres (Royaume-Uni), les avis restent mesurés. "Ça n’a rien à voir. Charles a notre respect, mais il n’aura jamais l’amour qu’on portait à la reine. Elle l’avait gagné après tant d’années", déclare une Britannique. "Pour les gens d’une vingtaine d’années comme moi, on n’a pas grand-chose à dire sur lui", dit une jeune femme.  

"Not my king" 

Pour l’heure, la popularité de Charles III est bien loin de celle d’Elizabeth II. 55% de l’opinion est favorable pour le nouveau roi, contre 80% pour la défunte reine, encore aujourd’hui. Depuis son accession au trône, les voix dissonantes se font entendre. Charles III est chahuté à chacune de ses sorties, depuis ses premiers jours en tant que souverain, avec toujours ce cri de ralliement : "Not my king" ("Pas mon roi"). Loin de la réserve imperturbable de sa mère, Charles lui, a profité de sa relative liberté d’expression tout au long de sa vie, n’hésitant pas à multiplier les prises de position très tranchées, sur l’environnement notamment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.