Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Marine Le Pen accueillie par plusieurs centaines de manifestants à l'université d'Oxford

"Racaille nazie", ont scandé les manifestants, réunis devant le club de débats au cœur de la ville universitaire, à 95 kilomètres au nord-ouest de Londres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants contre la venue de Marine Le Pen à l'université d'Oxford (Royaume-Uni), le 5 février 2015. (JUSTIN TALLIS / AFP)

A son arrivée à Oxford (Royaume-Uni), la présidente du Front national a été chahutée. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, jeudi 5 février, contre la participation de Marine Le Pen à une conférence-débat organisée par l'Oxford Union, l'association des étudiants de la prestigieuse université.

EVN

"Racaille nazie", ont scandé les manifestants, réunis devant le club de débats au cœur de la ville universitaire, à 95 kilomètres au nord-ouest de Londres. Certains ont brandi des pancartes "Plus jamais Le Pen", accusant l'Oxford Union d'"offrir une tribune aux fascistes" avec l'invitation de la leader frontiste. Plusieurs associations avaient appelé au rassemblement, dénonçant sur Facebook la venue d'une personnalité qu'elles considèrent comme "antisémite et islamophobe".

Marine Le Pen arrive à l'université d'Oxford (Royaume-Uni), à l'occasion d'une conférence-débat, le 5 février 2015. (ROGER ASKEW / REX / SIPA)

Des étudiants partagés

"Marine Le Pen est raciste et nous avons besoin de lui dire que son racisme n'est pas le bienvenu ici à Oxford", a expliqué Sarah Bates, une étudiante de 25 ans venue manifester. "C'est une personnalité politique de premier plan en France, c'est vraiment important d'avoir l'opportunité de venir l'écouter parler et de comprendre ses points de vue", a au contraire estimé William Rees, un étudiant de 19 ans, juste avant d'assister à la conférence.

De son côté, l'Oxford Union a présenté sur son site internet Marine Le Pen comme "présidente du Front national, troisième parti français arrivé en tête aux élections européennes", rappelant qu'elle avait été inclue dans la liste annuelle des 100 personnalités les plus influentes du monde du magazine Time en 2011.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.