Remarques sur la couleur de peau d'Archie, pensées suicidaires… Ce qu'il faut retenir de l'interview de Meghan et Harry

Le couple s'est exprimé, dimanche soir, lors d'un entretien accordé à Oprah Winfrey, pour la chaîne américaine CBS.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Meghan Markle et son mari, le prince Harry, lors d'une visite du parc national Abel Tasman, en Nouvelle-Zélande, le 29 octobre 2018. (ROBERT KITCHIN / AFP)

L'interview choc de Meghan Markle et du prince Harry était autant redoutée (à Buckingham) qu'attendue. L'actrice américaine s'est confiée sur ses pensées suicidaires tandis que son mari a levé le voile sur ce qu'il reproche à son père. Le couple, installé en Californie après s'être mis en retrait de la famille royale britannique, s'est livré dans un long entretien face à Oprah Winfrey, dimanche 7 mars, sur la chaîne américaine CBS. Franceinfo résume ce qu'il faut retenir de leurs déclarations.

>> Comment les relations entre Harry et Meghan et Buckingham Palace ont tourné à la "battle royale"

La famille royale s'est "inquiétée" de la couleur de peau d'Archie

Meghan Markle a affirmé que des membres de la famille royale s'étaient inquiétés de la couleur de peau de son fils Archie. Avant la naissance de l'enfant, le prince Harry a été informé "d'inquiétudes et de conversations (...) quant à savoir à quel point sa peau [serait] foncée", a-t-elle dit. "Ce sont des conversations que la famille a eues avec lui", a-t-elle précisé à Oprah Winfrey. L'animatrice a ensuite précisé que le prince Harry lui avait fait savoir "que ce n'était ni sa grand-mère, ni son grand-père" qui avaient évoqué ce sujet. Meghan Markle a également indiqué que le palais de Buckingham avait refusé d'accorder une protection à l'enfant, bien que ce soit la tradition.

Meghan Markle révèle avoir eu des pensées suicidaires

L'ex-actrice de 39 ans a expliqué que les innombrables articles l'accablant dans la presse britannique l'avaient amenée à avoir des idées suicidaires. "Je savais que si je ne le disais pas, alors je le ferais. Et je ne voulais juste plus être en vie. Et c'étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires", a-t-elle dit, les larmes au yeux, expliquant avoir eu ces idées alors qu'elle était enceinte de son fils Archie. "Je suis allée voir l'institution, et j'ai dit que j'avais besoin d'aller quelque part pour obtenir de l'aide. J'ai dit que je ne m'étais jamais sentie comme ça avant (...) et on m'a dit que je ne pouvais pas, que ce ne serait pas bon pour l'institution", a-t-elle ajouté.

Elle dénonce aussi une "vraie campagne de dénigrement"

Les tabloïds britanniques avaient repris en chœur l'histoire selon laquelle Meghan Markle aurait fait pleurer Kate, l'épouse du prince William, après un essayage de robe par la petite princesse Charlotte avant son mariage avec Harry en 2018. Meghan Markle assure que tout est faux. "Tout le monde au sein de l'institution savait que ce n'était pas vrai", a dit l'ex-actrice. "C'est l'inverse qui s'est produit", a-t-elle poursuivi.

La révélation de cet incident et la manière dont il a été couvert a été "un tournant" dans ses relations avec la famille royale, a-t-elle affirmé. La rumeur selon laquelle elle aurait fait pleurer Kate a été "le début d'une vraie campagne de dénigrement", a-t-elle poursuivi.

"J'en suis venue à comprendre que non seulement je n'étais pas protégée, mais qu'ils étaient prêts à mentir pour protéger d'autres membres de la famille."

Meghan Markle

sur la chaîne américaine CBS

Harry et Meghan se sont mariés en secret trois jours avant la cérémonie officielle

"Trois jours avant notre mariage, nous nous sommes mariés", a révélé Meghan Markle, racontant qu'ils s'étaient dit "oui" devant l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, avant la grand-messe du 19 mai 2018. "Personne ne le sait. Mais nous avons appelé l'archevêque, et nous avons juste dit : 'Ecoutez, ce spectacle, c'est pour le monde, mais nous voulons que notre union soit entre nous'", a-t-elle confié.

Harry a été "vraiment déçu" par le prince Charles

Harry a dit se sentir "vraiment déçu" par son père, le prince Charles, estimant qu'il ne l'avait pas soutenu durant l'épreuve qu'il a traversée, mais a précisé qu'ils se parlaient à nouveau. "Mon père et mon frère sont prisonniers" du système, a-t-il déclaré. "Ils ne peuvent pas partir", comme Harry l'a fait après avoir réalisé qu'il était lui-même "prisonnier", a-t-il dit. "Et j'ai une énorme compassion pour cela."

Le couple attend une petite fille

Le couple a également annoncé des nouvelles plus joyeuses. Le prince Harry et Meghan Markle attendent en effet une petite fille. Son arrivée est prévue pour "l'été". Ce sera leur deuxième et dernier enfant, ont-ils assuré. "Avoir un garçon, puis une fille, que peut-on demander de plus ?" a lancé Harry. "Deux, c'est tout", a renchéri Meghan. Le couple a également affirmé se sentir à l'aise à Montecito, en Californie, estimant que sa vie là-bas était "meilleure que tous les contes de fées que vous avez lus". "Nous n'avons pas simplement survécu, nous nous épanouissons", a déclaré Meghan Markle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.